Saint-Sulpice met de l’ordre dans son administration

Ouest lausannoisUn audit et une étude ont révélé de sérieuses lacunes dans la gestion du personnel communal. Des élus s’étonnent de l’ampleur de la «gabegie».

L'administration de St-Sulpice est en chantier.

L'administration de St-Sulpice est en chantier. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après des mois difficiles, conclus par la démission d’un municipal en juillet dernier, la Commune de Saint-Sulpice revient tant bien que mal à la normale. Son chantier actuel: mettre de l’ordre dans le fonctionnement de son administration. Lors de sa dernière séance, le 25 octobre, le Conseil communal a voté un préavis demandant des crédits complémentaires pour un total de 215 600 francs. Ce montant, déjà en bonne partie dépensé, doit couvrir les honoraires d’une société chargée de mettre à jour à la fois l’organisation et les ressources humaines de la Commune, qui souffriraient de sérieuses lacunes. Le vote a montré un plénum pour le moins partagé, avec 26 voix pour, 15 contre et 11 abstentions.

«Je suis surpris de constater qu’une Commune ait pu opérer dans une telle gabegie», a tonné le conseiller communal Michel Racine, des Indépendants de Centre Droite (ICD). Selon le préavis, un audit a en effet établi que l’administration communale, prévue pour 3000 habitants environ, ne correspondait plus aux besoins d’une population de 4600 habitants.

Surcharge de travail

L’audit en question, que nous nous sommes procuré, avait été réalisé en novembre 2016 sur fond d’accusations de mobbing – démenties depuis – contre le municipal Jean-Pierre Jaton. Il soulève divers problèmes, notamment une surcharge de travail et un manque de personnel dans certains services, voire des heures supplémentaires non récupérées. Une deuxième étude, réalisée en mars, est venue préciser ces conclusions: le personnel fonctionne sans cahier des charges, le règlement du personnel est obsolète et la grille salariale est inadaptée. «Je ne comprends pas comment on en est arrivé là», s’est étonné en séance l’élu Stephen Richards, de l’Association Saint-Sulpice Ensemble (ASSE).

«Nous avons été dépassés par la croissance rapide qu’a connue la commune», explique le syndic, Alain Clerc. Dans son rapport, la Commission de gestion et des finances s’étonne pourtant du manque d’anticipation de la Municipalité, relevant que l’évolution de la commune était prévisible sur la base du Plan général d’affectation. «Il était question d’arriver à 5000 habitants à l’horizon 2020, mais nous serons déjà 4800 en 2018!» fait remarquer le syndic.

Départ de la secrétaire municipale

Lors du Conseil communal du 25 octobre, la Municipalité a également annoncé le départ «d’un commun accord» de la secrétaire municipale, en arrêt maladie depuis avril, alors que les tensions entourant Jean-Pierre Jaton faisaient rage. Cette démission a-t-elle un lien avec la réorganisation en cours et les conflits qui ont agité la Municipalité? «Elle n’a rien à voir avec tout cela», déclare Alain Clerc, qui répète que pour la Municipalité, «l’affaire concernant M. Jaton est terminée». (24 heures)

Créé: 04.11.2017, 11h56

Articles en relation

Une élection pour en finir avec la crise à Saint-Sulpice

Politique Le siège de l’ex-municipal Jean-Pierre Jaton est mis en jeu dimanche. Très active, la campagne a fait l’impasse sur les troubles ayant mené à sa démission. Plus...

L'élu de Saint-Sulpice est officiellement réhabilité

Saint-Sulpice La Municipalité avait demandé la suspension de l’un de ses membres, accusé de mobbing. Elle admet son erreur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.