Un policier pourchassé et la réaction de David Payot ulcèrent l’UDC

PolémiqueUn motard, pris à partie à Praz-Séchaud, puis les propos du municipal lausannois ont fait bondir certains élus.

Le secrétaire général de l'UDC Vaud, Kevin Grangier, n'a pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux : «certains appellent ça le «vivre-ensemble» ou «mixité sociale». Moi j’appelle ça le «vivre-avec». Vivre avec la racaille, vivre avec l’insécurité». Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En quelques heures, la vidéo a porté le Web à ébullition. Tournée dans le quartier de Praz-Séchaud, à Lausanne, et relayée mardi par 20 minutes, elle montre un policier à moto qui rebrousse chemin alors que de nombreux jeunes se lancent à sa poursuite. Le vidéaste amateur s’en réjouit entre deux insultes.

La police municipale indique que la scène a eu lieu le vendredi 30 juin et met en cause un rappeur, présent sur place ce jour-là. Etabli à Sevran, en banlieue parisienne, le dénommé Kalash Criminel, albinos d’origine congolaise, aurait provoqué cet effet de groupe. «Nous ne savons pas si ce chanteur filme ni même s’il parle sur la vidéo. Si c’est le cas, ça poserait d’autres questions, notamment en lien avec ses futurs concerts», indique le municipal de la police, Pierre-Antoine Hildbrand. Et de préciser, après investigations, que les jeunes en question «étaient présents pour le concert et ne sont pas forcément originaires de Praz-Séchaud».

Le petit film a en tout cas fait réagir sur les réseaux sociaux, en particulier du côté de l’UDC Vaud. «Certains appellent ça le «vivre ensemble» ou «mixité sociale». Moi j’appelle ça le «vivre avec». Vivre avec la racaille, vivre avec l’insécurité», dénonce le secrétaire général Kevin Grangier. Avant d’interpeller le syndic: «Grégoire Junod, elle est où votre autorité?» Le vice-président du parti, Thierry Dubois, questionne pour sa part une possible «zone de non droit», parlant d’une «petite banlieue lausannoise souvent décrite comme un quartier «chaud» ou «à problèmes».

Des accusations balayées par Pierre-Antoine Hildbrand. «Nous ne sommes pas du tout laxistes. Simplement, il faut parfois imposer l’ordre et parfois œuvrer plus subtilement et sur la durée. Travailler avec des mineurs implique des contacts réguliers, c’est plus fin que simplement montrer les muscles», souligne l’élu.

La police précise qu’en plus des îlotiers, un poste mobile est présent régulièrement dans le quartier. Depuis le 30 juin, ce dernier s’est rendu deux fois sur place «sans qu’aucun problème ne soit constaté». «Cela permet de tisser du lien et de dialoguer avec tous les acteurs, explique le porte-parole Sébastien Jost. Ce sont des échanges qui permettent de trouver des solutions au niveau infrapénal.»

«Des phénomènes d’hostilité collective surviennent sporadiquement contre ceux, en uniforme, qui représentent un ordre public»

Mardi en milieu de journée, l’UDC Lausanne s’est tout de même fendue d’un communiqué pour «réaffirmer son soutien aux forces de l’ordre et se positionner face aux propos du municipal David Payot». En charge des quartiers, celui-ci avait expliqué à 20 minutes que «des phénomènes d’hostilité collective surviennent sporadiquement contre ceux, en uniforme, qui représentent un ordre public, et cet ordre public peut être vécu comme injuste […]» Des dires inadmissibles, selon l’UDC, qui demande «un recadrage public» après «une nouvelle rupture de collégialité».

«Une seule partie de mon explication a été relayée par le journaliste et je ne peux en être tenu pour responsable. L’interprétation faite par l’UDC est donc fallacieuse, répond David Payot. Je condamne les agissements de Praz-Séchaud. L’agressivité exprimée à l’égard de la police se trompe d’objet, en lien avec d’autres frustrations.»

Une polémique que refuse d’alimenter Pierre-Antoine Hildbrand. Le municipal souligne néanmoins que «la police est pleinement légitime pour intervenir et accomplir ses missions» et que les questions opérationnelles «relèvent de choix politiques totalement assumés». (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 19h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...