Une start-up qui gère des funérailles en ligne est nominée au Best of Swiss Web

TechnologieTooyoo, un site qui permet à ses utilisateurs de préparer leur mort, espère gagner un prix à Zurich.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les start-up technologiques ne passent pas à côté du marché que peut représenter la fin de vie des gens. La plate-forme en ligne Tooyoo.ch, basée sur le campus de l’EPFL, à Lausanne, en est un bon exemple. Elle est d’ailleurs nominée dans la catégorie Master au Best of Swiss Web – un des prix les plus réputés dans le domaine du digital en Suisse – et est le seul projet romand en lice.

Trouver les informations de succession, résilier un bail, fermer des comptes bancaires, respecter les derniers vœux et les préférences pour les funérailles ou encore supprimer des comptes de réseaux sociaux… Tous ces éléments peuvent vite tourner au casse-tête pour les proches d’un défunt.

Flairant la bonne affaire, la start-up Tooyoo, composée de cinq personnes rémunérées par l’assurance La Mobilière, propose depuis l’été dernier de rassembler dans un compte sécurisé toutes les données et instructions utiles aux proches «s’il vous arrive quelque chose».

Concrètement, Tooyoo propose à tout un chacun d’organiser ses funérailles et sa succession depuis son smartphone contre un abonnement annuel et payant de 39 francs ou contre un paiement unique de 599 francs. À chacun de voir ce qui est le plus avantageux pour lui.

Une petite minorité

«Nos clients économisent beaucoup d’argent et de temps, assure Ralph Rimet, cofondateur et chef de projet chez Tooyoo. Une fois que les renseignements sur une personne sont organisés sur notre plate-forme, les frais de notaire baissent de manière substantielle.» Comment l’expliquer? «Les gens qui ont déjà tout organisé concernant leur mort sont une petite minorité, poursuit Ralph Rimet. Pour les proches, trouver les informations relatives à un défunt est très fastidieux. Nous, nous rendons la mort d’une personne plus simple d’un point de vue administratif. C’est déjà ça pour les familles.» Si la start-up a déjà séduit plusieurs centaines d’utilisateurs, elle n’a encore jamais eu à gérer le décès d’une personne. «On sait que cela va malheureusement arriver, explique le chef de projet. Et on sera prêt pour assurer toutes les démarches quand il faudra le faire.»

Dans tous les cas, Tooyoo a tapé dans l’œil du concours Best of Swiss Web. La start-up se mesure à des projets provenant de la SRF, de CSS, de Migros et même des CFF. La plate-forme lausannoise fait donc un peu figure de petit qui joue dans la cour des grands, selon les aveux mêmes de Ralph Rimet: «Face à ces mastodontes alémaniques, une victoire romande paraît être un David contre Goliath numérique à la sauce helvétique. Mais c’est déjà une très belle reconnaissance!»

La cérémonie du Best of Swiss Web aura lieu le jeudi 12 avril au soir, à Zurich. Le verdict approche pour les Lausannois, donc. (24 heures)

Créé: 11.04.2018, 17h47

Articles en relation

Les funérailles dépoussiérées

Société Organisé à Lausanne jusqu’à dimanche, le Toussaint’s Festival lève le voile sur les coulisses de l’enterrement. Un rituel qui se fait de plus en plus personnalisé. Plus...

«Marie, je veux continuer à marcher avec toi»

Le récit Alix N. Burnand est conteuse. Thanatologue, spécialisée dans les questions de la mort, elle doit vivre avec le décès brutal de sa fille en montagne, le 6 septembre. Plus...

Le repos éternel ne doit-il durer que 25 ans?

Cimetières Face aux désaffectations légales et aux nouvelles mœurs funéraires, les communes vaudoises s’adaptent. Elles se veulent humaines et à l’écoute. Plus...

De leur vivant, ils ont planifié leurs funérailles

Rite Les contrats de prévoyance funéraire ont la cote. Pour éviter d’être un poids une fois passé dans l’au-delà ou par crainte que nos dernières volontés ne soient pas respectées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.