«Vivre son homosexualité reste un combat de tous les jours»

VidéoAlors que les Suisses se prononceront le 9 février sur un élargissement de la norme antiraciste à l'homophobie, des Vaudois racontent ce que représente être homo en 2020.

Selen, Alicia, Gaetan et Sacha racontent ce que veut dire être homo en 2020 en Suisse.
Vidéo: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux garçons main dans la main qui se font insulter en sortant de boîte. Des rapports conflictuels avec un voisin de palier. Des blagues sexistes enjoignant deux lesbiennes à s’embrasser sous prétexte que «c’est excitant».

D’un côté, en 2020, l’homosexualité se banalise et se vit de plus en plus au grand jour. Mais de l’autre une homophobie «ordinaire», discrète et latente continue à s’exprimer. Sur les réseaux sociaux, au coin d’une rue ou à la sortie d’un club: elle peut frapper n’importe où et n’importe quand.

«Vivre son homosexualité aujourd'hui reste un combat de tous les jours, confirme Selen Karakoc, 23 ans. Tout le temps, on vérifie ce qui se passe autour de nous, avec qui on peut en parler ou si on doit lâcher la main de sa copine en passant dans telle ou telle rue. Des questions que les hétéros n'ont pas à se poser.»

Certes, la jeune étudiante à l'EPFL n'a jamais subi de discrimination au point de s'être fait refuser, par exemple, un appartement sous prétexte qu'elle était lesbienne. «Mais les insultes et autres réflexions désobligeantes, c'est hélas encore trop courant», déplore-t-elle.

Sacha Diaz, 22 ans, en a fait la douloureuse expérience. «Ça ne m'arrive pas souvent, mais récemment, dans un train, un inconnu m'a crié des grossièretés concernant mon orientation sexuelle et mon apparence, raconte-t-il. Ce qui m'a le plus choqué, c'est que le wagon était plein, mais que personne n'a réagi.» Connu sous le nom d'Ash Calisto, ce jeune rappeur queer originaire de Cossonay a décidé d'utiliser cette homophobie ambiante dans sa musique.«Je ne suis pas vraiment ce qu'on appelle un activiste, mais j'aime renverser les codes du rap, genre musical connu pour être parfois sexiste et homophobe, pour évoquer cette question.»

Tous les témoignages en vidéo:

Créé: 31.01.2020, 10h21

Articles en relation

La norme pénale contre l'homophobie vient de loin

Votations 9 février Père de la proposition, Mathias Reynard (PS/VS) a réagi à ce qui s’est passé dans son canton. Mais aussi à l’ONU. Plus...

«La justification d'expression ne justifie pas les appels à la haine»

Campagne politique Les milieux LGBT lancent la campagne pour étendre la norme anti-racisme à l’homophobie. Plus...

«Ils veulent garder le droit d’insulter des homosexuels»

Discrimination Au nom de la liberté d’expression, l’UDF lance le référendum contre l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.