À Cully, la nouvelle caserne héberge encore des fourmis

Bourg-en-LavauxLe bâtiment des Fortunades prêt, le chantier de la gare peut commencer. Les fourmis invasives sont toujours là

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bâtiment des Fortunades fourmille de monde depuis quelques semaines déjà. La voirie a pris ses quartiers dans la partie ouest, les pompiers du SDIS Cœur de Lavaux occupent l’est. Le vin communal a rejoint les hautes étagères de son nouveau stock et le duplex réservé aux archives termine de sécher avant d’accueillir, fin septembre, les kilomètres de papier qui témoignent de l’histoire des cinq anciennes communes de Bourg-en­Lavaux (Cully, Grandvaux, Villette, Riex et Épesses).

«On est dans le préavis», se réjouit Georges Hauert. Le municipal des Bâtiments présente aujour­d’hui les lieux à la population sans avoir trop fait mentir le calendrier (on parlait d’une inauguration début 2019) ni exploser le budget initial de 5,7 millions (hors achat du terrain). La découverte d’une énorme colonie de fourmis invasives lors du lancement du chantier, en octobre 2017, avait ralenti un brin les travaux (lire encadré).

Libérer le plateau de la gare

L’inauguration des Fortunades représente une étape cruciale dans le développement du chef-lieu du district de Lavaux-Oron. En déménageant, les pompiers et la voirie ont libéré leurs bâtiments aux deux extrémités du plateau de la gare. Ils seront détruits après les vendanges pour laisser la place aux nouvelles constructions – des logements, des locaux professionnels, des commerces –, qui devront être prêtes à l’arrivée du RER à quinze minutes.

Le parking de 66 places sur le toit des Fortunades est aussi une pièce importante du puzzle. Il doit permettre d’absorber une part des voitures qui devront quitter le grand parking de la gare (147 places) durant les travaux. D’autres places seront réparties dans le village. «Mais à la fin on ne gardera qu’une vingtaine de places sur le toit, pour les employés», prévient Georges Hauert.

Intégration paysagère

Pourquoi se priver d’un parking si proche du bourg? «C’est clair que ce serait top pour les habitants, mais c’était une condition de remettre le sud du toit en herbe et d’ajouter une tonnelle au nord», rappelle le municipal. Une étude paysagère avait été exigée pour assurer l’intégration maximale du nouveau bâtiment, construit sur une parcelle de vignes de près de 2500 m2. Un échange de terrain (avec une parcelle près de la Maison Jaune) avait aussi été nécessaire pour dézoner. L’intégration est une réussite, juge Georges Hauert: «On dirait que ce bâtiment a toujours été là!» Les parois de béton gratté teinté dans la masse, contre lesquelles poussent déjà des pieds de vigne, se marient en effet plutôt bien avec les murs environnants.

Le terrain privé au nord du bâtiment, où deux tournesols sortis tout seuls se dressent fièrement, sera également replanté en vignes quand la terre se sera un peu tassée. Il s’agit en grande partie de celle qu’on a excavée pour construire la caserne. «En tant que terre viticole, contenant des résidus de cuivre, elle devait rester sur place, indique Georges Hauert. Il s’agissait aussi de ne pas disperser les fourmis…»

Les Fortunades inaugurées, les différents chantiers de la gare devraient pouvoir commencer d’ici à la fin de l’année 2019. «Un domino se met en place, ça va avancer», promet la municipale de l’Urbanisme, Évelyne Marendaz Guignet. Si tout se passe bien, les deux trains horaires actuels entre Lausanne et Cully passeront progressivement à trois puis quatre d’ici à 2022.


Portes ouvertes aux Fortunades ce samedi de 10 à 13 heures. Partie officielle à 11 heures, suivie d’un apéritif.

Créé: 24.08.2019, 08h01

«Il faudrait être 25 pour en venir à bout!»

C’est le chantier des Fortunades qui a mis au jour la colonie culliérane monstre de Tapinoma magnum, cette fourmi invasive venue du Sud. Cette dernière a «bien diminué», indique l’entomologiste Daniel Cherix, croisé aux Fortunades avec une seringue remplie d’un appât jaune fluorescent. Mais on est loin de son éradication. «Il faudrait être 25 personnes à plein temps pour en venir à bout, vous imaginez les coûts?» Le chercheur passe bénévolement trois heures chaque semaine sur le terrain avec un autre spécialiste. Et, à la suite d’un travail de Master qui a permis de définir précisément la zone d’action, des étudiants sont là deux fois par jour pour leurs travaux de recherche.

Car si Tapinoma magnum est aussi présente à Saint-Sulpice, c’est à Bourg-en-Lavaux que sont concentrés les tests, financés par le Canton. Moins nombreuses donc, les ouvrières sont encore massivement présentes dans la «zone chaude», au nord du cimetière. «Nous attendons un appât bio hongrois, fait d’hormones juvéniles contraceptives», explique Daniel Cherix. La pâte jaune utilisée actuellement est un appât non toxique, qui tue les ouvrières mais n’atteint que rarement les reines.

La genèse du projet

https://files.newsnetz.ch/upload//2/5/251835.pdf

Articles en relation

Cully infestée par des milliards de fourmis du Sud

Fléau La Tapinoma magnum n’avait été aperçue que dans neuf villes d’Europe du Nord, avant de débarquer à Bourg-en-Lavaux. Des spécialistes se démènent pour endiguer l’invasion. Plus...

Les fourmis étrangères de Cully vont coloniser nos habitations

Fléau La «Tapinoma magnum» prend goût au voyage, selon une étude de l’UNIL. Plus...

Trois projets de recherche autour des fourmis de Cully

Bourg-en-Lavaux Jeudi soir, les habitants étaient invités à une séance d'information sur l'insecte invasif Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...