«L’agitateur» de Morrens condamné puis gracié

Gros-de-VaudInitiateur de trois référendums, Denis Lambelet a été lavé d'accusations de diffamation.

Actif citoyen de Morrens se battant avec acharnement contre un projet de salle polyvalente, Denis Lambelet a été condamné pour diffamation puis gracié

Actif citoyen de Morrens se battant avec acharnement contre un projet de salle polyvalente, Denis Lambelet a été condamné pour diffamation puis gracié Image: Vanessa Cardoso - archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Existe-t-il quelqu’un dans ce canton qui peut me dire s’il est normal qu’un élu qui a pris publiquement position contre un projet puisse ensuite présider le bureau électoral communal lors d’un vote sur ce même objet?» Cette question, Denis Lambelet se la pose depuis un peu plus d’une année. Précisément depuis le 15 juillet 2018, jour où ses concitoyens ont confirmé, par 230 oui contre 205 non, une décision de leur Conseil communal. En l’occurrence, celle d’accorder un crédit complémentaire de 1,77 million de francs pour construire une salle polyvalente attendue depuis… 2005. Un projet que Denis Lambelet juge au-dessus des moyens financiers de sa Commune (nos éditions du 3 avril et des 13, 16 et 20 juillet 2018).

Sachant que le bureau électoral détient le pouvoir de valider ou pas les bulletins de vote, ce citoyen particulièrement actif – il a déjà réussi à faire voter deux fois les Morrennais sur ce projet de salle et une fois sur une hausse d’impôts – n’a pu s’empêcher d’avoir des doutes en découvrant le résultat serré du référendum qu’il avait obtenu (25 voix).

Pour obtenir une réponse à sa question, Denis Lambelet a écrit au préfet du Gros-de-Vaud, Pascal Dessauges, en utilisant notamment une formule qui questionnait la probité du président du bureau électoral. Mais à la place de la réponse espérée, il a été condamné quelques mois plus tard pour diffamation, ledit président ayant porté plainte contre lui.

Ayant fait opposition à cette ordonnance pénale, Denis Lambelet s’est retrouvé le 30 octobre dernier devant un juge à Yverdon, qui l’a gracié. L’histoire pourrait s’arrêter là, mais l’homme a fait recours. «Je suis très étonné que tant pour ma condamnation que pour la levée de celle-ci, je n’ai pas reçu les motivations de la justice. Or, pour moi, la vraie question n’est pas celle de savoir si j’ai diffamé quelqu’un dans un e-mail adressé à une seule personne. Ce que j’aimerais savoir est: est-ce que le préfet avait le droit de transmettre mon e-mail au président du bureau et, surtout, est-ce que ce dernier avait le droit de présider le bureau électoral après avoir fait partie des signataires d’un tous-ménages distribué dans la commune avant le vote et qui contenait de surcroît, selon moi, des informations erronées?» Suite au prochain épisode…

Créé: 15.11.2019, 15h57

Articles en relation

Treize ans d’attente pour un projet de grande salle à Morrens

Construction Le Conseil communal a voté un crédit pour compléter un projet né en 2005 et ayant connu plusieurs rebondissements. Plus...

Le «goulet» de Morrens pourrait bloquer l’essor de la ligne 54 des TL

Référendum Des aménagements doivent être réalisés dans la commune pour permettre le passage des bus. Mais une partie des habitants s’y oppose. Plus...

Les citoyens de Morrens approuvent la ligne de bus comme l’UAPE

Référendums Les deux objets ont passé la rampe, mais les finances inquiètent les électeurs. Plus...

Recours sur les résultats des votes à Morrens

Politique Un citoyen conteste les arguments municipaux et le dépouillement des référendums de dimanche. Plus...

Morrens votera sur ses finances douloureuses

Gros-de-Vaud Après la démission de trois membres de la Commission des finances, un référendum a abouti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.