L’anarchie très organisée des jeunes qui luttent pour le climat

LausanneRefusant l’engagement politique habituel, Smile for Future forge son identité au 3e jour de son sommet.

Dans l’assemblée, on agite ses mains comme des soleils pour dire que l’on approuve. Et parfois, on s’exclame aussi.

Dans l’assemblée, on agite ses mains comme des soleils pour dire que l’on approuve. Et parfois, on s’exclame aussi. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Réunis ce mercredi en séance plénière, les jeunes de Smile For Future ont progressé dans leur chemin vers un message commun. Pas facile, à 440, de définir une charte des valeurs et principes qui définira leur mouvement. Dans la salle Aletsch de l’Amphimax, à Dorigny, de curieux gestes ponctuent les discours des orateurs. Pour approuver, on agite les mains comme des soleils. Quand c’est non: poignets croisés en forme de croix. Et lorsqu’il faut du silence, une forêt de bras se lève progressivement, mains fermées mimant des becs clos.

Ce qu’ils veulent? «Climate justice!» hurlent-ils en chœur. Le slogan tonne dans la salle. Mais ce n’est pas encore l’heure de la manif. Elle aura lieu ce vendredi.

Pour Javier, 20 ans, qui vient de Grenade, l’engagement est une évidence: «Je ne m’engage pas seulement sur la question climatique, mais aussi pour l’antispécisme et les droits humains.» Étudiant en sciences po et en droit, il voit son militantisme comme une manière de se prendre en charge lui-même et de se fixer une ligne de conduite face aux autres.

Cette attitude déjà très politique ne fait pourtant pas de lui un futur élu: «Je ne crois pas dans le système représentatif traditionnel. Il existe des manières plus horizontales de travailler et de décider, même si c’est difficile. L’important est de se sentir utile, ce qui n’est pas forcément gagné en politique institutionnelle.»

Méthode rodée

Dans la salle, l’assemblée travaille sur un texte qui forgera les «valeurs et principes» de Smile For Future. Des suggestions ont été envoyées par les différents groupes (38 pays représentés). Elles sont remodelées en plénière selon une méthode apparemment bien rodée. Tolérance, respect des minorités, lutte contre le populisme et justice sociale figurent en toile de fond de l’action des jeunes qui doit déboucher sur une Initiative citoyenne européenne (ICE) en vue d’inciter l’UE à enclencher le grand braquet dans sa lutte contre le climat.

La nécessaire indépendance du mouvement revient constamment. Il doit se distancier des lobbies et des partis. La transparence est impérative: «Nous ne voulons être noyautés par aucune organisation.»

Une phrase parmi les 24 «valeurs et principes» soumis à l’examen fait réagir la salle; celle qui précise que Smile For Future demande aux scientifiques et aux politiques des solutions, mais n’en fournit pas lui-même. «Nous ne sommes pas responsables de la situation actuelle! s’enflamme une oratrice. Mais si vous avez l’occasion de parler à des représentants politiques, voire de vous engager, allez-y.»

Le débat du plénum s’interrompt quelques instants pour poursuivre la rédaction du texte d’une autre manière. Dans des petits groupes de cinq, les plus bigarrés possible ont demandé les organisateurs, les participants auscultent le texte. Puis ils viennent coller aux tableaux, près de la scène, leurs amendements écrits sur des Post-it.

Pression contre-productive

Pour Marine, 16 ans, Française d’Albertville, le mot-clé de cette affaire est le «changement». Il ne s’agit rien moins que de modifier «le monde dans lequel on vit». Passionnée, la lycéenne voudrait avoir davantage de temps pour le mouvement. Elle se dit toutefois consciente de la nécessité de garder un équilibre dans son action, de ne pas se «mettre une charge mentale trop lourde»: «Si on se met trop la pression, cela devient contre-productif. Il faut aussi savoir s’arrêter et faire complètement autre chose.»

Cela ne l’empêchera pas de rester vigilante: «J’aime faire des choses en accord avec mes valeurs, poursuit-elle. Même si j’aime jouer aux jeux vidéo, je ne le fais pas tout le temps, parce que cela concentre beaucoup d’énergie pour pas grand-chose.» Il vaut mieux en dépenser à développer son esprit critique et celui des autres, pense-t-elle.

La session de ce mercredi va bientôt se terminer. Elle reprendra ce jeudi avec un «forum ouvert» en plusieurs ateliers, où seront traités des thèmes plus scientifiques, techniques ou simplement pratiques, comme celui consacré à la vie d’activiste, difficile à conjuguer avec celle d’écolier ou d’étudiant.

La manifestation se décline aussi sur les réseaux sociaux. Dans un bref exposé, l’une des organisatrices, Loukina Tille, invite l’assemblée à multiplier les occurrences en lien avec Smile For Future. Apportant un peu de légèreté, la jeune femme fait valoir qu’à la courbe ascendante des températures, le mouvement répond aujourd’hui par une «courbe ascendante des likes».

Créé: 07.08.2019, 19h17

Articles en relation

«L'anxiété climatique» booste les jeunes activistes

Lausanne Tandis que les ados exposent leurs aspirations à la 2e journée du sommet Smile For Future, un plan d’action a été adressé au gouvernement vaudois. Plus...

«Les gens disent que je suis très dangereuse»

Climat À Lausanne, Greta Thunberg a demandé aux adultes de rejoindre les enfants et de porter le fardeau du changement climatique. Raillant au passage ses détracteurs. Plus...

«Il existe une entreprise de désinformation organisée»

Changement climatique Les scientifiques montent au front pour dénoncer les mensonges des climatosceptiques sur la réalité du réchauffement. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...