L’ancienne élue libérale cultive volontiers sa fibre sociale

LausanneNouvelle présidente du Conseil communal, Éliane Aubert aime le quartier populaire des Boveresses où elle habite. Portrait.

La nouvelle première citoyenne Éliane Aubert se définit comme une libérale humaniste, proche des questions sociales. Elle s’attend à une année chargée au perchoir, à la veille des élections.

La nouvelle première citoyenne Éliane Aubert se définit comme une libérale humaniste, proche des questions sociales. Elle s’attend à une année chargée au perchoir, à la veille des élections. Image: VQH/MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’aime cet endroit où les gens sont de bonne humeur.» Aux Boveresses, quartier populaire proche de la périphérie de Lausanne, Éliane Aubert, 68 ans, habite un joli appartement en propriété par étage (PPE). On verrait plutôt cette ancienne libérale, ancienne directrice de l’École supérieure de la santé, dans un immeuble léché de l’avenue de Rumine.

Elle a pourtant choisi de venir s’établir avec son mari dans le nord de la capitale, souvent étiqueté (beaucoup trop à son goût) comme une zone difficile – une élue avait même fait la comparaison avec les quartiers nord de Marseille…

Portée au perchoir en juin dernier, la nouvelle présidente PLR du Conseil communal de Lausanne dit être une libérale de la tradition humaniste, «très sensible aux questions sociales». Son parcours en politique commence au Conseil de Bussigny, au sein du groupe libéral, dans les années 1990, bien avant que n’intervienne la fusion entre libéraux et radicaux.

Davantage de femmes

En 2011, celle qui est devenue entre-temps directrice d’école supérieure tente sa chance à Lausanne: «Claudine Wyssa (ndlr: actuelle syndique de Bussigny, ancienne députée en vue) m’a demandé de figurer sur la liste pour les élections communales de 2011 dans le but d’augmenter la proportion des femmes.» Cette année-là, ses enfants s’en vont à l’étranger. «Je me suis dit: «Pourquoi pas?» Et à ma grande surprise j’ai été élue.»

Éliane Aubert ne cache pas une pointe d’appréhension à l’idée de présider le Conseil communal de Lausanne. L’organe délibérant peut parfois être fougueux, ce qui fait d’ailleurs tout son intérêt. La présidente s’attend à une année haute en couleur. Attitude philosophe

«Souvent, la solution réside dans un accord en amont avec les socialistes majoritaires»

Va-t-elle tenter, comme ses prédécesseurs, de résorber l’incroyable ordre du jour au bout duquel l’assemblée n’arrive jamais? «C’est un problème insoluble», sourit-elle en faisant allusion aux innombrables textes des conseillers communaux qui s’amassent dans le programme. La proximité des élections fédérales de cet automne, suivies peu après des communales, contribuera à stimuler les élus en mal de visibilité. Face à cette réalité, la PLR se veut «philosophe» et n’entend pas agender des séances supplémentaires.

Autrefois, au Conseil de Bussigny, la libérale Éliane Aubert faisait partie de la majorité. Depuis 2011, elle goûte aux joies de l’opposition. «Ce n’est pas facile», concède-t-elle. Mais les PLR, minoritaires depuis des décennies à Lausanne, veulent y croire. «En séance de groupe, nous établissons une stratégie pour chaque objet. Nous discutons beaucoup. Souvent, la solution réside dans un accord en amont avec les socialistes majoritaires.»

Le climat au menu

Cette année, le Conseil de Lausanne parlera climat. Un préavis général de la Municipalité sur l’action de la Ville contre le réchauffement va bientôt sortir: «Nous traiterons cela à fond», promet la présidente. Le Plan général d’affectation (PGA), qui précise les conditions de construction sur le territoire communal, devrait également figurer au menu: «C’est un sujet très important pour Lausanne.»

La prochaine séance plénière aura lieu le 27 août et sera suivie de la traditionnelle réception présidentielle. Éliane Aubert a choisi de l’organiser au COFOP de Vennes (Centre d’orientation et de formation professionnelles) en hommage à la tradition de formation professionnelle de notre pays, pour laquelle elle a œuvré en tant que directrice: «Je suis Française d’origine et je trouve magnifique la valorisation de l’apprentissage en Suisse.»

Créé: 11.08.2019, 20h08

Articles en relation

La PLR Eliane Aubert sera première citoyenne lausannoise

Lausanne L'ancienne directrice de l'école de santé du Canton a été élue présidente du Conseil communal. Plus...

Des candidats au passeport refusent de serrer la main d’élus

Lausanne Ce couple a aussi affiché sa retenue à s’adresser à des personnes du sexe opposé. Le cas suscite le malaise. Il n’a pas encore été tranché. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...