L’appel à projets pour la Vaudaire est aux oubliettes

UrbanismeLausanne voulait ouvrir le jeu pour la renaissance du restaurant. Prêt à rebâtir à l’identique, le propriétaire douche les espoirs.

Le restaurant La Vaudaire avait brûlé en 2013. Depuis il est resté à l’abandon.

Le restaurant La Vaudaire avait brûlé en 2013. Depuis il est resté à l’abandon. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Vaudaire est un cadavre qui bouge encore. Le restaurant emblématique du bord du lac, à Vidy, avait brûlé en 2013 et suscite depuis bien des convoitises. Ce samedi, l’Association La Casa Luna, fondée par le Lausannois Bernard Decrey, repart à l’assaut. Elle appelle à une mobilisation citoyenne pour soutenir son projet de renaissance de l’ancien bistrot de plage (lire l'encadré). Deviendra-t-il un café à vocation socioculturelle, comme le souhaite l’association? Rien n’est moins sûr. Le propriétaire des lieux vient de déposer une demande de permis de construire auprès de la Ville de Lausanne avec le projet de rebâtir l’établissement à l’identique. Un rebondissement qui pourrait bien doucher les espoirs de La Casa Luna.

Et pourtant, de l’espoir, il y en avait. L’automne passé, la municipale lausannoise Natacha Litzistorf annonçait dans nos colonnes le lancement d’un appel à projets. Le propriétaire des droits de superficie sur le terrain, qui appartient à la Commune, avait signé un accord de vente à terme avec le groupe hôtelier BOAS et déposé un premier projet de reconstruction. La Ville ne l’avait pas retenu, et le jeu semblait ouvert à d’autres bonnes volontés. Aujourd’hui, l’élue tempère: «J’ai toujours dit que cette mise au concours était dépendante de la maîtrise foncière, ce que la Commune n’a pas pour le moment, puisque La Vaudaire appartient à un propriétaire privé.»

Faire valoir son droit de préemption
Le propriétaire, Christian Hirt, se montre quant à lui plus tranchant: «Annoncer cette mise au concours était prématuré de la part de la Municipalité.» Avant de lancer un appel à projets, la Ville doit donc redevenir propriétaire du terrain. Mais quelles sont les chances que cela arrive? Natacha Litzistorf se montre pour le moins prudente: «En cas de changement de bénéficiaire du droit distinct et permanent de superficie, la Municipalité n’exclut pas d’examiner l’hypothèse de faire valoir son droit de préemption.»

L’occasion pourrait se présenter avec la demande de mise à l’enquête du projet du propriétaire. La proposition de vente à terme signée entre Christian Hirt et BOAS est en effet toujours sur la table et l’établissement pourrait effectivement changer de mains. «Sous réserve de l’obtention du permis de construire», précise toutefois Bernard Russi, patron du groupe hôtelier.

Respecter la loi
«Le projet proposé étant de reconstruire La Vaudaire à l’identique par le propriétaire actuel, la Ville n’aura sans doute pas d’arguments juridiques pour empêcher l’enquête publique de la demande de rénovation.» Mais alors, quels arguments la Ville pourrait-elle faire valoir pour exercer son droit de préemption lorsque le terrain passera aux mains du groupe BOAS? La question reste ouverte, mais les options paraissent minces. «La Commune ne peut pas faire n’importe quoi. Elle doit elle aussi respecter la loi», rappelle Bernard Russi.

Le premier projet avait déjà suscité de vives réactions, de la population et notamment de l’Association La Casa Luna, qui craignait l’ouverture d’un établissement «exotique, impersonnel ou aux prix inaccessibles». Pour Bernard Russi, il n’a pourtant jamais été question de donner dans le luxe. «Le restaurant servira des produits locaux et sera destiné aux familles», assure-t-il concernant le nouveau projet. Pour autant, celui-ci n’est pas à l’abri d’une pluie d’oppositions lors de sa mise à l’enquête, ce qui promet de retarder encore la renaissance de La Vau daire. «Les gens déplorent qu’elle soit laissée à l’état de ruine, mais ni BOAS ni moi n’en sommes responsables», soupire Christian Hirt. (24 heures)

Créé: 16.06.2017, 21h48

La Casa Luna, un projet pour rien?

Il y aura un pique-nique de soutien au projet de La Casa Luna, samedi 17 juin dès 14h au parc Bourget. (Image: Casa Luna)

«Cette annonce de la Municipalité de Lausanne a engendré beaucoup d’espoirs quant à l’avenir de ce site pour les Lausannois et pour notre association.» Dans son appel à soutenir son projet de reconstruction de La Vaudaire, l’Association La Casa Luna rappelle l’élan qu’a suscité la perspective d’une mise au concours de l’établissement. «Nous avons investi des centaines d’heures bénévolement pour élaborer un projet concret», détaille-t-elle dans un récent communiqué.

Le résultat de ces efforts et de ces réflexions a été présenté au public le 14 juin dernier à Lausanne. L’association propose de créer un café-restaurant avec une terrasse, mais aussi des espaces pour diverses activités socioculturelles. Elle imagine notamment une scène modulable qui pourrait s’ouvrir sur l’extérieur, pour des concerts d’été, ou sur l’intérieur, créant un café-théâtre. L’exploitation des lieux serait sans but lucratif et sans subventions publiques, l’idée étant d’utiliser le revenu des activités commerciales pour financer la mise à disposition des locaux pour des activités sociales.

La Casa Luna se serait-elle emballée trop vite? «Nous essayons simplement de rappeler les relations de propriété actuelles afin de tempérer les espoirs de tous, en attendant que les choses bougent», déclare à présent Natacha Litzistorf.

Articles en relation

«Qui veut sauver La Vaudaire avec moi?»

Vidy L’association La Casa Luna entre en campagne pour reprendre l’établissement du bord du lac. Plus...

Lausanne met le restaurant La Vaudaire au concours

Vidy La Municipalité a décidé de lancer un appel d’offres pour la reprise d’un établissement ravagé par un incendie en juin 2013. Plus...

Le groupe BOAS a acheté La Vaudaire

Vidy Ravagé par un incendie il y a trois ans, le restaurant du bord du lac s’apprête à faire peau neuve. Plus...

La Vaudaire intéresse soudain du monde

Vidy A l’abandon depuis trois ans après un violent incendie, l’établissement du bord du lac suscite désormais les convoitises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...