L'appli des Urgences tape dans le mille

LausanneSuccès oblige, l’application mobile du CHUV donnant en direct la disponibilité des centres d'urgences s’étoffe.

Lancée il y a un an, l'appli gratuite a été téléchargée 25 000 fois.

Lancée il y a un an, l'appli gratuite a été téléchargée 25 000 fois. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lancée il y a un an, l’application informant en direct les patients sur l’affluence dans les différents centres d’urgences lausannois a trouvé son public: 25 000 téléchargements à ce jour. «Un succès, commente Christian Lehmann, responsable des outils collaboratifs du CHUV. On dénombre 300 utilisations par jour; un chiffre comparable à la fréquentation quotidienne des Urgences du Bugnon.»

Cette appli gratuite intitulée «Urgences Lausanne» permet de savoir en temps réel qu’à la permanence du Flon, par exemple, la prise en charge sera moins rapide qu’à la Source ou à Vidy-Med. «La moitié de la population ne connaît pas plus de trois centres d’urgences à Lausanne», déplore Christian Lehmann. L’outil du CHUV en répertorie six. Ses effets sur l’engorgement des Urgences du Bugnon n’ont pas encore été étudiés.

Mi-septembre, deux nouveaux partenaires étofferont la base de données: les urgences ophtalmiques (Jules-Gonin) et le Centre de la main. Les parents réclament à grand cri l’intégration de la pédiatrie. Des discussions sont en cours.

Le CHUV a investi 150 000 francs dans le développement de sa première application de service destinée au grand public. «Si la population est au rendez-vous, c’est probablement dû à sa qualité et à son ergonomie», justifie Christian Lehmann. Le modèle informatique intéresse d’autres établissements suisses. «Mis à part les HUG, qui ont une appli similaire, nous n’avons pas trouvé d’autres exemples.»

Nouveaux produits?

A l’heure où des applis santé plus ou moins fiables inondent le marché, le CHUV va-t-il lancer de nouveaux «produits»? «Cette première expérience a rendu plus concrètes les réflexions à ce sujet mais la priorité reste les applications visant le bon fonctionnement des soins et la circulation de l’information, comme le dossier électronique du patient.»

En attendant l’arrivée de certifications et de labels de qualité pour les applis santé, le Dr Jeannot, spécialiste en eHealth, conseille de «privilégier celles qui sont proposées par des organisations médicales connues». (24 heures)

Créé: 18.07.2017, 18h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...