L’apprentissage musical passe par le collectif

EnseignementEn fusionnant cinq écoles de musique, Lausanne veut favoriser et assurer l’avenir de cet enseignement.

la nouvelle présidente, Juliette Ancelle, et le président sortant, Denis Corboz, lors de l’inauguration de l’EML.

la nouvelle présidente, Juliette Ancelle, et le président sortant, Denis Corboz, lors de l’inauguration de l’EML. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après trois ans de dur labeur, la nouvelle École de musique de Lausanne (EML) voit enfin le jour. Elle résulte de la fusion de cinq écoles de la capitale vaudoise et compte plus de 1800 élèves pour une centaine de professeurs.

«Ce projet part d’une volonté de la Ville de créer deux pôles d’accès à la musique», explique Grégoire Junod, syndic de Lausanne, lors de l’inauguration, samedi. En effet, contrairement au Conservatoire et à l’École de jazz et de musique actuelle (EJMA), l’inscription à l’EML est ouverte à tous, moyennant listes d’attente, et ne nécessite pas de sélection des meilleurs élèves. «De plus, cette fusion permet désormais d’offrir des subventions à tous les élèves lausannois, favorisant ainsi un plus grand accès à la musique», poursuit l’élu. Elle permettra également de mieux gérer et d’assurer la pérennité des cinq écoles.

«La musique n’est pas seulement une expérience qui se vit seul; l’apprentissage passe aussi par le collectif»

Mais la grande nouveauté, c’est cette volonté de miser sur le collectif. «Les élèves ne travailleront plus uniquement individuellement, mais ensemble, continue Grégoire Junod. La musique n’est pas seulement une expérience qui se vit seul; l’apprentissage passe aussi par le collectif.»

Des camps, des cours à plusieurs, jouer dans un groupe: cela fait désormais partie de l’offre de l’EML. «Avant, quand on s’inscrivait, tous les cours collectifs se faisaient à côté, raconte Denis Corboz, président. Maintenant, ils font partie de l’inscription.»

Un privilège

Ce nouvel esprit axé sur le collectif, c’est Juliette Ancelle qui va le faire vivre. Denis Corboz lui cédera sa place dès la fin du mois. «Il est temps pour moi de partir. Ces trois ans furent intenses et je m’en vais heureux.» Pour la future présidente, c’est un privilège d’avoir pu rejoindre ce projet. «Je suis heureuse d’avoir apporté ma pierre à l’édifice, raconte-t-elle. J’ai grandi dans une famille où la musique était un pilier de l’enseignement, au même titre que les maths ou la lecture. C’est donc une conviction personnelle que je souhaite retransmettre.»

Avec quelles ambitions pour la suite? «Une plus grande accessibilité à la musique, la mise en avant du collectif et le soutien de l’enseignement de la musique amateur», termine-t-elle. (24 heures)

Créé: 09.09.2018, 17h32

Articles en relation

Une grande école de musique qui misera sur les ensembles

Lausanne Les 5 écoles de musique lausannoises fusionnent et ouvrent au public, samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...