Au CHUV, Michael Schumacher recevra des soins de pointe

Neuro-rééducationLe champion allemand est traité au sein de l'Unité de neuro-rééducation aiguë. Visite du centre, pionnier à l'échelon international.

Vidéo: Anetka Mühlemann

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Certains se réveillent un jour, d’autres pas. Certains ne peuvent même pas bouger un cil mais sont conscients de tout ce qui se passe autour d’eux. Comment poser un diagnostic dans ce contexte? L’approche de ces patients incapables de communiquer est en plein bouleversement. Le défi: déterminer leur niveau de conscience pour décider de la poursuite ou de l’arrêt des soins. Etat végétatif? Conscience minimale? Locked-in syndrome? Une tâche difficile, entre pronostics médicaux incertains et souhaits de la famille… Quelque 43% des diagnostics d’état végétatif seraient erronés, selon une étude belge de 2008.

«On a trop longtemps négligé cette catégorie de patients, expliquait l'an dernier le professeur Steven Laureys, de l’Hôpital de Liège, l’un des spécialistes mondiaux des états végétatifs. Ils sont pourtant des artefacts de cette médecine moderne qui peut remplacer tous les organes, sauf le cerveau. Certains médecins considèrent tous ces cas sans espoir, alors qu’on sait qu’il y a parfois des possibilités de récupération. »

La voie des 5 sens au CHUV
En Suisse, le CHUV est pionnier avec son Unité de neuro-rééducation aiguë (NRA). Et c'est sans doute cela, plus même que la proximité de Gland, qui a mené au transfert à Lausanne de Michael Schumacher. Menée par le Dr Karin Diserens, l’équipe interdisciplinaire intervient dans tous les services de l’hôpital, dès les soins intensifs, avec un protocole inédit visant à ne rater aucun signe de conscience.

Un éveil des émotions complète l’entraînement physique. Ergothérapeutes, physios et médecins stimulent les cinq sens de façon intensive et répétée. «Ça marche!» se réjouissait Karin Diserens en 2013, à l'heure de nous présenter ce centre. «Plutôt que de demander de lever une jambe, par exemple, on leur dit d’imaginer qu’ils jouent au foot. On les appelle par leur prénom au lieu de leur nom de famille… Surtout, nous leur laissons du temps pour répondre, vu que le cerveau d’un comateux est considérablement ralenti. Avant, les médecins attendaient quelques secondes. Maintenant, c’est 20 secondes.»

Critères pour débrancher
Et de citer l’exemple d’un président d’un club de foot ayant navigué deux mois dans un système de soins à l’étranger, sans aucun résultat. «Nous lui avons posé des questions sur la Coupe d’Europe. Soudainement il a souri et répondu qu’il voulait y participer. »

Huit indicateurs ont été choisis pour prendre «la» décision: faut-il débrancher ou pas le tube qui les maintient en vie? «Faire «revenir» quelqu’un, c’est assez facile, explique le Dr Karin Diserens. Après, la personne peut vivre des années. Mais avec quel handicap? Sa vie vaudra-t-elle la peine d’être vécue après le coma?» Des questions éthiques, d’autant que la qualité de vie dépend des attentes de chacun. «On ne peut pas prendre cette décision sur du sable, explique Steven Laureys. C’est pour cela que nous mettons au point des tests. Il y a encore trop de cas où on est incapable de prédire les chances de récupération.»

A chaque étape, les soignants discutent pour savoir, si oui ou non, ils «lâchent prise». Un vrai puzzle qui dépend de l’hygiène et des conditions de vie de la personne, de son âge, des causes du coma ou encore des régions du cerveau touchées. Autre nouveauté: les objectifs sont personnalisés. «Il ne faut pas rendre indépendant de la même façon celui qui a une famille pour le soutenir et de l’argent pour adapter sa maison que celui qui vit seul, sans aide», résume Loric Berney, coordinateur de l’Unité.

(24 heures)

Créé: 17.06.2014, 12h38

Quid de l'état de Schumi?

Alité au CHUV de Lausanne où il a été transporté après son réveil, Michael Schumacher est bien entouré. «Sa famille est auprès de lui, dans un lieu spécialement aménagé pour préserver leur sphère privée tout en permettant le meilleur traitement médical possible», indique au Bild Darcy Christen, communicant du CHUV.
Bonne nouvelle: le champion interagit avec ses proches et les médecins. Une communication qui passe essentiellement par les yeux. Il semble même, selon le journal allemand, réagir plus fortement au contact de son épouse Corinna qui, depuis l'accident, a parcouru de longs kilomètres pour quotidiennement rendre visite à son mari.
Les six mois de coma n'ont pas épargné le physique du sportif, qui aurait perdu plus de 20kg. Il pèserait donc autour des 55kg, pour 1,74m. Des progrès ont toutefois été réalisés au niveau des fonctions vitales puisque Michael Schumacher parvient, par moments, à respirer par ses propres moyens.
A présent, le champion de F1 se retrouve face à un défi de taille: un long processus de rééducation qui durera des mois, voire des années. (A. MN)

Articles en relation

Schumacher entre les mains des neurologues du CHUV

Transfert «Sorti du coma», l’ancien champion de Formule 1 a été admis hier matin à l’hôpital universitaire vaudois, à la pointe en matière de neuro-rééducation. Plus...

Michael Schumacher se trouve dans un état critique

France L'ancien pilote de F1 a été hospitalisé après une chute à ski dans la station de Méribel. L'hôpital de Grenoble annonce qu'il souffre d'une hémorragie cérébrale. Plus...

Michael Schumacher hospitalisé après une chute

France Le septuple champion du monde de Formule 1 a été victime d'un accident à Méribel, ce matin. Sa vie ne serait pas en danger. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.