Les arbres des Plaines-du-Loup ont survécu à leur mise en pots

LausanneLa vingtaine d’arbres que la Ville souhaitait conserver, avant la construction de l’écoquartier, a reverdi avec l’arrivée du printemps

Les 21 arbres arrachés aux Plaines-du-Loup, au sortir de l’hiver, arborent tous un joli feuillage.

Les 21 arbres arrachés aux Plaines-du-Loup, au sortir de l’hiver, arborent tous un joli feuillage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils n’ont pas l’air si mal, dans leurs pots tout noirs et faits sur mesure. Les 21 arbres arrachés aux Plaines-du-Loup, au sortir de l’hiver, arborent tous un joli feuillage. Un bon signe pour cette transplantation, inédite jusque-là à Lausanne. Mais les jardiniers de la Ville vont devoir être aux petits soins de ces hôtes un peu particuliers sur le chantier du futur écoquartier.

D’un coup de crocs géants, une impressionnante machine avait déterré les différentes essences en prenant soin de les emporter avec une bonne motte de terre autour des racines (24 heures du 17 mars). Bouleaux, charmes ou pins sylvestres, ils ont tous été empaquetés dans un emballage spécial.


Soigner les racines

Le système baptisé Air-Pot forme une barrière alvéolée, qui crée des espaces aérés. «Lorsque les racines poussent vers ces zones, elles rebroussent chemin pour retrouver la terre», explique Étienne Balestra, chef du Service des parcs et domaines de la Ville de Lausanne. Alors qu’un pot traditionnel voit les racines s’entremêler contre ses parois, le système choisi pour ces arbres a tendance à favoriser un réseau plus dense de racines. Ce qui sera bénéfique au moment de replanter, une fois le quartier construit.

«Les arbres ont tous débourré ce printemps, se réjouit Étienne Balestra. Ce nouveau feuillage est une première indication positive de la transplantation.» Reste à faire en sorte que ces végétaux cinquantenaires tiennent le coup. Rassemblés en un bosquet, ils se protègent déjà mutuellement. C’est la bise que l’on craint le plus aux Plaines-du-Loup. Des haubans, fixés au sol, ont donc été installés afin de prévenir toute chute.

La sécheresse est un autre risque craint par le Service des parcs et domaines. C’est qu’une grande quantité d’eau s’évapore chaque jour du feuillage. Un système de brumisation a été installé afin d’éviter les coups de chaud, ainsi qu’un système d’arrosage automatique. «Il faut entre 500 et 1000 litres d’eau pour compenser l’évaporation», estime Étienne Balestra.

Enfin, les hôtes des Plaines-du-Loup ont reçu une dose de vitamines, «un mélange spécial», avant d’être empotés. Aucun autre engrais ne devrait ensuite être ajouté. «Les arbres sont moins gourmands que les légumes d’un potager, indique Étienne Balestra. On ajoutera simplement du compost au dessus, qui ira par capillarité jusqu’aux racines.» (24 heures)

Créé: 16.05.2018, 11h07

Articles en relation

Transplantation végétale inédite à Lausanne

Insolite Les arbres des Plaines-du-Loup s’en vont s'enraciner ailleurs. Le déménagement est impressionnant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trump annule sa rencontre avec Kim Jong-un, paru le 25 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...