Un atelier pour se préparer aux attaques sexistes du quotidien

LausanneAu Théâtre de Vidy, les employées en grève ont travaillé leur sens de la répartie en cas d’agression.

En partageant leurs mésaventures, les grévistes de Vidy ont débattu des meilleures réponses à apporter à des propos et actes déplacés.

En partageant leurs mésaventures, les grévistes de Vidy ont débattu des meilleures réponses à apporter à des propos et actes déplacés. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bien des femmes se disent victimes d’attaques sexistes. Et le milieu du spectacle ne fait pas exception. C’est ce qu’on a pu constater lors d’un atelier organisé vendredi matin au Théâtre de Vidy, en grève lui aussi. Au travers de situations réelles – pas toutes vécues dans le monde du théâtre –, les grévistes ont tenté de définir quelles auraient été les réponses appropriées à ce qu’elles ont vécu comme une agression.

Le constat général est qu’il est bien difficile de réagir du tac au tac. «Parfois, on est tellement surprise qu’on ne sait pas quoi dire», résume une intervenante. Et il y a de quoi l’être, lorsqu’un collègue vous colle la main aux fesses à côté de la machine à café. «Je portais un bonnet de Noël et il m’a dit: «La Mère Noël, je lui mets la main au cul», témoigne une femme, qui s’en veut encore de n’avoir pas réagi.

Il n’y a pas de recette universelle. Chaque situation est particulière. Mais verbaliser à voix haute en décrivant ce qui vient de se produire peut attirer l’attention de témoins et semble aussi avoir un effet sur l’agresseur. «Dans un bus, j’ai dit très fort à un monsieur qu’il était en train de me regarder en se passant la langue sur les lèvres, raconte une jeune femme. Ça l’a calmé.»

Dans le cas d’une agression verbale, on peut aussi demander à la personne ce qu’elle vient de dire, histoire de gagner du temps pour soigner sa répartie. Mais, parmi toutes les réponses envisagées, prendre à partie, partager ce qui vient d’être vécu semble être incontournable afin de ne pas rester enfermée dans un rôle de victime.

«Moi, je leur marche sur les pieds, attaque une autre participante. Ça défoule.» Reste que les spécialistes en autodéfense recommandent plutôt d’éviter le contact. «Crier et courir, c’est ce qu’il faut faire en cas d’agression physique lorsqu’on n’a pas les moyens de se défendre», résume une femme qui vient de suivre un cours.

Créé: 14.06.2019, 20h33

Articles en relation

Les horlogères de la Vallée hurlent leur ras-le-bol

Mobilisation Écart salarial, sexisme, manque de crèches, rétributions insuffisantes ou encore brimades: plus de 500 horlogères et horlogers de la vallée de Joux, là d'où est partie la grève de 1991, ont dénoncé les inégalités dans les manufactures. Plus...

Une vague mauve déferle sur Nyon

Grève des femmes Le clou de la grève des femmes à Nyon a réuni plus de 600 personnes sur la place du Château peu avant 16h. Plus...

À Yverdon, la grève des femmes bat son plein

Egalité Près de 300 personnes étaient réunies sur la place Pestalozzi. À 16 h 30, le cortège emmené par les grévistes s'est rendu à la gare. Plus...

15h24: l'heure de demander une augmentation

Grève des femmes Marre de gagner moins que vos collègues masculins? Trois conseils pour négocier efficacement votre salaire Plus...

«Une victoire des femmes n’est pas une défaite pour les hommes»

Interview La chanteuse Yvette Théraulaz donne sa voix à la grève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.