«Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si on veut croître»

InterviewAriane Widmer a passé 16 ans à penser l’essor urbain de l’Ouest lausannois. Elle quittera la direction du SDOL fin mars.

L’architecte urbaniste Ariane Widmer a coordonné l’Ouest lausannois pendant 16 ans.

L’architecte urbaniste Ariane Widmer a coordonné l’Ouest lausannois pendant 16 ans. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Chef-d’œuvre de croissance ratée.» Voilà comment on décrivait l’Ouest lausannois au début du millénaire. En créant le Schéma directeur de l’Ouest lausannois (SDOL), en 2003, les huit communes du district sont entrées dans une nouvelle ère, celle d’un urbanisme coordonné et pensé. Pendant seize ans, Ariane Widmer a été la cheffe d’orchestre de cette remise en selle. À la fin du mois de mars, elle quittera son poste de directrice du SDOL (devenu entre-temps le bureau Stratégie et développement de l’Ouest lausannois) pour prendre la direction de la planification cantonale du Canton de Genève. Interview.

Au début des années 2000, l’Ouest passait pour un chaos urbain. Quel souvenir gardez-vous de cette époque?

Je connaissais déjà assez bien la région à mon arrivée au SDOL. J’y perdais déjà mon chemin quand je faisais mes études à l’EPFL! Les constructions désordonnées et l’omniprésence de la voiture sautaient aux yeux. J’ai abordé ce territoire dans une logique de projets: se concentrer sur des sites précis, comme Malley, ou sur des sujets comme la mobilité douce et les transports publics, où il y avait un grand retard à rattraper.

Qu’est-ce que le SDOL a changé?

Il a marqué la naissance d’une culture d’échanges entre les communes en matière de développement territorial. Cette intercommunalité avait été voulue par les syndics, et c’est désormais une pratique courante dans l’Ouest. La ligne 17 ou la route cantonale RC1 sont parmi les premiers fruits de cette énergie commune. Aujourd’hui, on peine à se souvenir que la halte CFF Prilly-Malley n’existait pas à l’époque, qu’il y avait moitié moins de bus, et à certains endroits pas de transports le dimanche ou en soirée.

Le développement de l’Ouest a été fulgurant pendant ces années. Peut-il se poursuivre au même rythme?

En seize ans, nous sommes passés de 60'000 à 75'000 habitants. Mais cette croissance démographique touche toute la Suisse. Dans l’Ouest lausannois, le développement urbain a ceci de particulier qu’il se tourne vers l’intérieur et se déploie dans des espaces en bonne partie en friche, comme Malley ou Ley Outre, à Crissier.

Après les friches, où ira cette densification qui fait souvent grincer des dents?

En lui-même, le changement peut fait peur. Mais aujourd’hui la question n’est plus de savoir si l’on veut croître. Il s’agit de prendre les devants pour accompagner ce développement et éviter que les constructions ne se disséminent partout. Je crois profondément qu’il faut se réjouir de ces nouveaux quartiers qui répondent à un besoin de logements. C’est offrir de nouveaux lieux de vie à des gens qui veulent habiter près de leur travail, des écoles et des transports publics, et qui demain pourront se passer de voiture s’ils le veulent.

À force de croissance, verra-t-on les communes du district se fondre et perdre leur identité?

Non, je ne le pense pas du tout. L’identité de l’Ouest lausannois n’est pas celle d’une ville qui a grandi à partir d’un centre historique. C’est au départ une constellation de villages reliés par des chemins. Ce caractère multipolaire va certainement rester. L’enjeu pour la population aujourd’hui est de pouvoir se reconnaître dans ces différents centres et de pouvoir se déplacer facilement de l’un à l’autre.

Le plan directeur inter-communal (PDi) est sur le point d’être dévoilé. Que va-t-il apporter?

Le PDi dresse un bilan et se projette sur les vingt prochaines années avec une perspective plus globale. Il coordonne le développement urbain tout en identifiant ce qui doit être protégé. D’ici à 2040, la population du district pourrait bien atteindre 100'000 habitants, il faut réfléchir aux espaces verts dont ils disposeront pour leurs loisirs. Le PDi aborde aussi la question du patrimoine bâti, qui dit tant de l’identité de cette région, mais qui n’est pas protégé par les inventaires architecturaux. Nous avons par exemple attiré l’attention sur quelques grands ensembles de logements qu’il faut véritablement préserver.

Comment imaginez-vous cet Ouest lausannois de 2040?

La densité urbaine ne sera jamais linéaire, comme elle l’est à Lausanne. L’Ouest sera toujours un territoire différent. Il y aura des espaces plus calmes entre des centres plus denses, comme Malley. C’est là qu’il faudra amener davantage de gens, de places de travail et d’animation. J’espère que cela se fera à travers des architectures de grande qualité. J’imagine que l’Ouest lausannois sera toujours un territoire aux multiples facettes. C’est le propre des espaces qui incarnent la modernité. Ce sont des territoires qu’il est possible de rêver. (24 heures)

Créé: 21.01.2019, 07h35

Articles en relation

Ariane Widmer quitte l’Ouest pour Genève

Démission La directrice de Stratégie et développement de l’Ouest lausannois (SDOL) s’en ira en mars. Plus...

L’Ouest lausannois définit ses priorités

SDOL Aménagement du territoire, gestion du trafic, espaces de loisir ou encore communication commune sont au programme de ces 5 prochaines années. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.