L'avion-train pourrait révolutionner le transport aérien

SciencesL'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) présente au Bourget (F) une aéronef futuriste: une aile volante à laquelle diverses capsules peuvent être clipsées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prenez une aile volante, avec cabine de pilotage, moteurs et train d’atterrissage. Ajoutez-lui des nacelles pour les passagers, le fret ou le carburant, nacelles qui pourraient par ailleurs voyager sur le rail, la route ou la mer. Vous avez l’avion du futur, selon Claudio Leonardi, ex-pilote, chef du projet Clip-Air à l’EPFL. Lui et son équipe présentent dès la semaine prochaine leur concept de transport modulaire au salon international aéronautique du Bourget, qui a lieu chaque année en France.

L’idée est née sur un bout de papier, en 2001. En 2009, elle est devenue un projet de recherche. Des thèses et des travaux de master ont permis d’avancer dans les différents aspects du concept, entre les études aérodynamiques, ou celles sur les carburants alternatifs. Un simulateur de vol a même été construit, qui permet de survoler virtuellement toute la Suisse. Et au final, c’est une maquette d’un mètre vingt de long qui sera montrée au Bourget, sur le stand de la société Normandie Aérospace.

Économies de carburant
«Du fait du côté modulaire de Clip-Air, on consommerait moins de carburant pour transporter le même nombre de passagers ou de marchandises, explique Claudio Leonardi. Les nacelles telles que nous les avons conçues ont la longueur d’un wagon de chemin de fer. Ce système permettrait pour la première fois à un avion de sortir de son infrastructure aéroportuaire pour amener les passagers directement en ville.» Tel qu’étudié, un engin de cette sorte pourrait emporter par exemple jusqu’à trois nacelles d’une capacité de 150 personnes chacune. Autant que ce que transportent trois Airbus A 320.

«Nous n’en sommes qu’au début, prévient Claudio Leonardi. Il faut pousser plus loin les études de faisabilité. Je dirais qu’il faut compter encore 15 à 20 années avant d’arriver à des applications dans la vie de tous les jours.» Dans un futur plus rapproché, un prototype volant de six à sept mètres devrait être construit.

Créé: 10.06.2013, 19h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.