Bagarre entre motards policiers et Hells Angels

LausanneLa rixe qui a éclaté le week-end dernier dans un établissement du Flon impliquait des bikers de deux mondes que tout oppose.

Image: ALAIN ROUÈCHE - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des gros bras tatoués qui s’entrechoquent, des chaises qui volent… La vidéo diffusée vendredi sur le site de 20 minutes montre l’intensité de la bagarre qui s’est déroulée samedi dernier au Tacos Bar, à Lausanne. Bilan: six blessés. Et beaucoup de casse dans le bistrot. Tout ça pour quel motif? Une provocation, avance-t-on dans les milieux de motards. La police, elle, ne confirme rien. Et pour cause, la bande de motards qui s’est frottée aux Hells Angels, basés au Flon, comprend des policiers dans ses rangs. L’enquête en cours détaillera probablement les causes exactes. Alors qu’une source évoque l’implication d’un policier dans la bagarre, la procureure en charge se borne à confirmer qu’elle a bien éclaté entre deux bandes de bikers, les Hells Angels et les Tunnel Runners. Si la réputation des premiers n’est plus à faire, les seconds forment un groupe plus mystérieux.

Qui sont-ils? Un membre d’un moto-club (MC) a accepté de décoder cette embrouille. Selon Roger (prénom d’emprunt), les Tunnel Runners sont composés de policiers désireux d’adopter les codes des bikers. De tels groupes existent à l’échelle internationale. Mais en Suisse, cette tendance passe mal. «Nous avons été l’un des premiers pays à voir tous ses moto-clubs se mettre d’accord pour s’autoréguler, dit Roger. Cela permet d’éviter les conflits.» Cette culture implique que, à sa création, un club de bikers va se présenter à ses voisins, histoire de faire connaissance. «C’est une règle de bienséance qui fait qu’on se connaît tous», décrit Roger. Or il se trouve que les Hells Angels occupent une place dominante en Suisse. «Ils peuvent par exemple vouloir donner leur assentiment à la création d’un autre club et demander ensuite que cet accord implique des services en contrepartie», explique Catherine Maret, porte-parole de la police fédérale. Pour Roger, c’est là que le bât blesse: «On imagine mal des flics demander aux Hells Angels l’autorisation d’afficher leurs couleurs sur leurs blousons.»

«Nous avons été l’un des premiers pays à voir tous ses moto-clubs se mettre d’accord pour s’autoréguler. Cela permet d’éviter les conflits»

Alors, lorsque une quinzaine de Tunnel Runners arborant leurs blousons se sont attablés au Tacos Bar, lui-même voisin de l’antre lausannois des Hells Angels, la tension est montée.

Reste la question d’image dégagée par cette affaire. La police peut-elle accepter qu’une partie de ses troupes s’identifie – lors de ses congés – à des gangs de bikers que les pratiques hors la loi ont rendus célèbres? Porte-parole de la police cantonale, Jean-Christophe Sauterel: «Chacun peut faire partie d’une association, un club de motards ou une autre. Ensuite, c’est à chacun d’adopter une attitude conforme à sa fonction. Pour un policier, tout comportement qui n’entre pas en adéquation avec la loi et l’éthique policière est susceptible d’être sanctionné.»

En attendant le dénouement de cette affaire, le patron du Tacos Bar se désespère. Tables, chaises, bouteilles cassées: il ne chiffre pas les dégâts mais craint pour son image. «On n’est pas un repère de Hells Angels, plaide Andy West. Ils occupent une table par mois alors qu’on sert 1500 couverts par semaine et on n’avait jamais eu de problème avec eux.» Pour lui, cette bagarre demeure un mystère: «Je me suis retourné après avoir servi une tournée de tequila et ça a démarré…»

Créé: 19.01.2018, 18h39

Articles en relation

Six personnes blessées dans une rixe à Lausanne

Fait divers Une altercation impliquant une quinzaine de personnes a éclaté samedi soir dans un établissement public à la rue de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.