Les balayeurs de Renens se livrent avec émotion

Ouest lausannoisUne expo vidéo et audio met en lumière les hommes qui assurent la propreté dans la Ville. Leurs portraits sont forts et surprenants.

Six balayeurs de Renens se livrent sur leur métier à travers des vidéos et des entretiens audio.

Six balayeurs de Renens se livrent sur leur métier à travers des vidéos et des entretiens audio. Image: Louis Gasser/Julianne Rédersdorff

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils s’appellent Oscar, José, Carlos ou Benjamin. Toute l’année, ce sont eux qui arpentent les rues de Renens pour les garder propres. Jusqu’au 7 mars, une exposition passionnante les met en lumière à travers des séquences vidéo et des entretiens audio.

On y découvre par exemple les gestes précis d’un homme qui prépare son balai avant de partir pour sa tournée. Comme un rituel, il taille la brosse faite de branchages et l’arrime fermement au manche. Il la dépose dans sa brouette, fait un signe de croix, puis se met en route.

«Les déchets sont une question sociologique autant qu’une question d’avenir. Nous voulions montrer le métier de balayeur et les personnes qui le font en laissant de côté nos a priori», explique Louis Gasser. L’initiateur de ce travail à la fois documentaire et esthétique est membre de l’Association Tilt, qui propose régulièrement des installations artistiques à la rue Neuve. Pour l’occasion, il s’est associé à la camerawoman Julianne Rédersdorff. Ensemble, ils ont suivi six des neuf balayeurs de Renens pendant dix jours.

«Nous avons été surpris qu’ils se livrent autant et qu’ils se montrent ouverts sur leur métier.» Avec peu de dialogues, les vidéos montrent ces hommes au travail au milieu des passants, dans le silence, hormis les bonjours et les mercis. Leur voix résonne davantage dans les enregistrements audio, où quatre d’entre eux racontent leur histoire personnelle en même temps que leur quotidien. «Je suis fier d’être arrivé où je suis arrivé», affirme l’un, qui, comme plusieurs de ses collègues, vit une seconde carrière après une reconversion. Un autre raconte: «Pour certains, c’est la découverte d’un métier où on les remercie. Ils ont un salaire, une femme et des enfants. C’est le paradis.»

Avec dignité, ils évoquent aussi les moments «flippants», les seringues ramassées dans les parcs avant l’arrivée des enfants, mais aussi les rencontres terriblement humaines, comme celle du balayeur avec le sans-abri endormi dans les toilettes publiques. On découvre même l’un d’entre eux peintre à ses heures, au point d’en conclure que les balayeurs de Renens sont restés dans l’ombre bien trop longtemps jusqu’ici.


«Le bord des routes»
Espace Tilt, rue Neuve 1, Renens
Ouverture samedi 2 mars 16 h-20 h et jeudi 7 mars 18 h 30-21 h
Ou sur rendez-vous (079 560 35 12)
(24 Heures)

Créé: 01.03.2019, 21h11

Exposition

Le bord des routes Espace Tilt, rue Neuve 1, à Renens. Ouverture samedi 2 mars 16 h-20 h et jeudi 7 mars 18 h 30-21 h, ou sur rendez-vous (079 560 35 12)

Articles en relation

Le travail de rue à Renens intéresse l’ONU à New York

Social En marge d’une conférence sur le développement social, David Burnier était invité à parler de son action auprès des jeunes de la ville. Plus...

«Sherlock Holmes & Co» intrigue à la Bibliothèque du Léman à Renens

Festival Débats, jeux, exposition fêtent le locataire du 221 B Baker Street. Avant de livrer son nouveau thriller, Marc Voltenauer explique l’influence qu’exerce le détective sur tout auteur de polar. Plus...

L’urbanisme fait salle comble dans l’Ouest

Renens Une séance publique a lancé la consultation sur le plan directeur intercommunal, mardi soir. Florilège de questions et de réponses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.