La banlieue de Lousonna réapparaît à Vidy

ArchéologieTrois maisons, des ateliers, des portiques et les objets du quotidien sont révélés par les archéologues de l'UNIL.

Les archéologues de l'Université de Lausanne fouillent pour la troisième saison une portion inexplorée et bien conservée de l'agglomération de Lousonna. La banlieue de l'antique Lausanne est à découvrir ce week-end à l'occasion de portes ouverts.
Vidéo: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On en sait plus sur l’antique Lousonna. Les archéologues organisent des portes ouvertes ce week-end sur le site de l’ancien boulodrome. Il recouvrait un quartier résidentiel, inexploré jusqu’ici: pas moins de trois maisons, avec portiques, restes d’ateliers, et probablement la première auberge de la ville pour qui arrivait de Genève. «Le PMU du coin», sourient les fouilleurs. Bref. La banlieue, visiblement peu reluisante, du Lausanne antique qui était alors un bourg commercial cossu de l’Helvétie gallo-romaine, installée sur les rives du Lacus Lemanus.

Cette fouille constitue surtout l’une des plus larges fenêtres récemment ouverte sur ce site d’exception, peu à peu fouillé depuis la construction de l’A1 en 1960. De quoi faire de l’agglomération «une de celle dont le plan est le mieux connu en Suisse», se réjouit Laurent Flutsch, conservateur du Musée romain de Vidy. «Nous avons pu voir que la trame urbaine s’était mise en place ici dans la première moitié du premier siècle de notre ère, enchaîne Fanny Lanthemann, archéologue en charge de ce chantier universitaire. Elle n’a plus bougé ensuite.» Au lieu de construire à tout va, les anciens Lausannois ont préféré entretenir leurs pénates. Sous les trois «maisons longues», se cachent jusqu’à huit niveaux d’habitat successifs, allant jusqu’au IIIe siècle ap. J.-C.

Périphérie modeste

Avec patience et truelle, la quarantaine d’étudiants en archéologie de l’UNIL ont dégagé les murs maçonnés, les sols en terrazzo (béton de chaux) et les parois légères qui constituaient les bâtiments. «La première maison avait par contre un simple plancher ou un sol en terre battue, poursuit Fanny Lanthemann, il y avait une gradation de richesse en direction du centre.» Mais aucune trace de pièce chauffée ou d’architecture de prestige. «Les gens devaient être assez modestes», ajoute la spécialiste. Ils agrémentaient visiblement leurs fins de mois au moyen d’activités annexes: un impressionnant foyer culinaire en tuiles a été retrouvé dans une pièce donnant sur la rue, laissant imaginer un petit commerce. Et cette voie était fréquentée: 45'000 clous de chaussures y ont été retrouvés, «une quantité impressionnante», glissent les fouilleurs. Des restes d’amphores – alors réutilisées – suggèrent également la présence de vespasiennes sous les portiques, permettant aux voyageurs de se soulager au passage.

Le secteur sera remodelé plusieurs fois. Notamment par un vaste entrepôt et des puits, trahissant l’installation de «squatters» dans les maisons. Et ce jusqu’au début du IVe siècle, où une occupation assez intense est décelée par les archéologues. C’est une des découvertes principales de ces recherches. Contrairement à ce qu’entretient une histoire d’Epinal, la Lausanne antique n’a pas été grossièrement abandonnée lors des invasions barbares, au profit de la colline de la Cité. La réalité semble plus nuancée.

La suite?

La suite du programme? Il reste encore beaucoup à faire, notamment étudier les précieuses données de ces fouilles – elles sont prévues jusqu’en 2019 – en y ajoutant les anciennes découvertes. Les Prés-de-Vidy seront ensuite livrés aux architectes de Métamorphose, qu’un gros dossier attend: installer leur écoquartier par-dessus la nécropole découverte sous les anciens jardins familiaux. Cette fouille sera gigantesque. L’enveloppe globale du chantier est devisée à 28 millions de francs, fouilles de l’UNIL comprises.

A noter que le chantier du CIO est tombé, non loin, sur le port de l’antique Lousonna, qui a fait, lui, l’objet de fouilles d’urgence. Tancée par des députés, l’Archéologie cantonale assure qu’elle comptait communiquer prochainement ses résultats.

Créé: 06.07.2016, 19h06

Portes ouvertes

Visites guidées du chantiers, exposition du mobilier et nombreuses démonstrations sont prévues sur la fouille, située sous l'ancien boulodrome de Vidy. Vendredi 8 juillet de 14h à 18h, et samedi 10 juillet de 10h à 17h.

Détails sur www.unil.ch/lettres

Galerie photo

Portes ouvertes du chantier archéologique de Vidy

Portes ouvertes du chantier archéologique de Vidy Le chantier archéologique situé près du bowling de Vidy a ouvert ses portes les 3 et 4 juillet 2015.

Articles en relation

Moisson gallo-romaine de fouilles à Vidy

Archéologie Pour la troisième année consécutive, étudiants et scientifiques convient le public à se familiariser avec le passé de Lousonna. Plus...

Le Mont-Vully sera à nouveau fouillé par les archéologues

Broye Le fameux oppidum du Mont-Vully fera l’objet d’une nouvelle campagne de fouilles dès 2017. Plus...

Un village celtique à Vufflens-la-Ville

Archéologie La construction de la RC 177 a révélé un village gaulois. Pour les archéologues, les résultats sont exceptionnels. Portes ouvertes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.