Passer au contenu principal

Le Barbare a vendu ses jolis souvenirs

Les objets du mythique bar se sont arrachés à l’occasion d’une brocante, dernier événement avant sa rénovation.

Anciens habitués et simples passants ont chiné sur la terrasse et dans l'établissement.
Anciens habitués et simples passants ont chiné sur la terrasse et dans l'établissement.
Odile Meylan

C’est en haut des escaliers du Marché, à Lausanne, sur la terrasse pavée du Barbare, que les chineurs se sont retrouvés, samedi de 10 à 15 heures, pour mettre la main sur les trésors du mythique bar à café. Une brocante qui marquait la fin des Rencards Barbares, événements ponctuels qui ont animé la terrasse du bistrot depuis sa fermeture fin 2016. Les travaux de rénovation débuteront au mois de mai prochain.

Anciens habitués ou simples passants, les gens se sont précipités sur les objets historiques du lieu. «Ils faisaient la file dès 9h30», se réjouit Agnès Doepper, chargée de projets au Service lausannois du logement et des gérances. Fameuses tasses bleues où se buvait le célèbre chocolat chaud, tableaux, machine à café, lampes ou encore banquettes à 58 francs le mètre: les étiquettes «Vendu» collées un peu partout signifient que ces objets anciens ont trouvé preneur.

Marie-Claude Paillard, qui est venue refaire le monde au Barbare durant ses études dans les années 1980, a plusieurs sacs remplis de bricoles. Elle vient d’acheter deux lampes, encore suspendues au plafond, pour 20 francs. «Ici, on se sentait comme à la maison, se souvient-elle. J’étais triste lors de sa fermeture, mais je me réjouis de sa réouverture. Ces objets ont beaucoup de valeur et c’est bien de ne pas les jeter. On est ainsi dans une optique de développement durable.»

Un argument repris par la municipale Natacha Litzistorf: «Des événements comme celui-là montrent que nous intégrons le développement durable à la politique sur tous les maillons de la chaîne. Et puis c’est important pour les Lausannois d’avoir une trace matérielle de l’endroit. Il fait partie de notre histoire. On transmet ainsi les témoins du passé.»

En effet, nombreux sont ceux qui sont venus à la brocante pour repartir avec un souvenir du bar. «Mon père est souvent venu ici», raconte Élodie Budet. Son ami aussi se rappelle: «Moi, je venais pour le mythique gâteau au fromage», rigole-t-il. Ils avouent tout de même qu’ils espéraient emporter avec eux l’une des célèbres tasses bleues. «On aurait dû venir à l’ouverture, regrette Élodie. On s’est doutés qu’elles partiraient en premier.»

Les nouveaux tenanciers ont tout de même gardé quelques vestiges du passé, comme des tables et des ustensiles. «Ils se sont servis en premier, explique Agnès Doepper. Ils n’ont cependant pas tout gardé. La vaisselle, par exemple, était trop usée.» Quelques antiquités seront néanmoins présentes dans le nouveau bar à café, qui ouvrira ses portes en 2021, pour le bonheur des amoureux de l’endroit.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.