Passer au contenu principal

Béatrice Métraux a dû voiler son bureau pour la Cité

La lumière capricieuse du bureau de la conseillère d'Etat interférait avec un spectacle sous le Château cantonal.

LP

Le Conseil d’État dort-il avec la lumière allumée? C’est la question que se sont peut-être posée les spectateurs venus assister à Monstres, spectacle donné mardi soir au Festival de la Cité. À 22 h 30, la nuit était tombée et la compagnie Baninga dansait sur la scène de la Châtelaine, aux pieds du Château Saint Maire. Mais d’une fenêtre de l’édifice s’échappaient les rayons d’une lumière restée allumée. «Nos équipes ont remarqué cette lumière non intégrée au spectacle. Rien de dramatique mais c’était un peu gênant, le cadre étant plus joli avec un fond neutre», raconte Gilles Valet, attaché de presse du festival.

La source du problème est rapidement identifiée: c’est l’éclairage du bureau de la conseillère d’État Béatrice Métraux qui est en cause. Suite à des travaux, ce dernier fait des siennes et s’allume par intermittence. «C’est vrai que ça interférait un peu avec le spectacle car c’était particulièrement lumineux. Je me suis donc permis de l’appeler», indique sa collègue de parti, la députée Verte Léonore Porchet. La conseillère d’État revient donc jusqu’au bureau pour fermer son store. Mais celui-ci est blanc et la solution ne lui convient que partiellement. «Elle voulait faire les choses jusqu’au bout et s’est donc employée à fixer un drap noir devant la vitre avec les techniciens du festival», conclut Léonore Porchet. Voilà une histoire de Monstres qui finit bien.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.