Bell se fait sonner les cloches par Unia

Cheseaux-sur-LausanneLe syndicat est désormais mandaté par 70 employés mais la direction refuse toute ouverture de discussion.

Des dizaines de personnes ont manifesté ce mardi 15 novembre devant l'usine de Bell à Cheseaux-sur-Lausanne (VD).

Des dizaines de personnes ont manifesté ce mardi 15 novembre devant l'usine de Bell à Cheseaux-sur-Lausanne (VD). Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour les bouchers travaillant à Cheseaux-sur-Lausanne, depuis quatre semaines, la vie est moins «Bell». Le jeu de mots figurait sur une pancarte hier à midi lors d’une manifestation organisée par le syndicat Unia devant les locaux du transformateur.

Bell refuse de discuter avec les syndicats

«Depuis l’annonce de la fermeture de l’usine de viande fraîche et la perte de 100 emplois sur le site de Cheseaux, il n’y a plus eu aucune information», déplore Noé Pelet. Le responsable industrie à Unia Vaud constate aussi que les employés ne disposent d’aucune garantie écrite par rapport aux promesses faites de relocalisation des postes de travail. Il révèle aussi que, jusque-là, le groupe a refusé toute ouverture d’une discussion avec le syndicat. «Nous sommes désormais mandatés officiellement par 70 collaborateurs et comptons bien utiliser d’autres moyens si Bell continue à rester sans réaction.»

«A part au centre de la France ou en Suisse alémanique, je ne vois pas où je pourrais trouver un emploi similaire.»

Venu manifester, un boucher proche de la soixantaine apprécie: «Heureusement qu’ils sont là. Au début, nous étions tous résignés, parce que ça fait des années qu’on voit le travail partir ailleurs et les collègues être licenciés. Donc ça fait du bien de voir des gens venir nous défendre. Mais nous sommes très inquiets. A part au centre de la France ou en Suisse alémanique, je ne vois pas où je pourrais trouver un emploi similaire. Sans compter que beaucoup sont, comme moi, assez âgés.»

Schwaab veut protéger les travailleurs

La cause des bouchers touche en tout cas le conseiller national socialiste Jean Christophe Schwaab, présent hier. «Je trouve inquiétant de voir une entreprise comme Coop avoir un tel comportement. C’est un très mauvais signal. L’étalement des licenciements prouve qu’il faut renforcer la protection de travail­leurs contre les licenciements col­lectifs.»

Investissements promis pour 2017

Du côté de l’entreprise, le chargé de relations publiques Fabian Vetsch explique que la longue période de transition offre justement la possibilité aux collaborateurs de trouver un nouvel emploi au sein du groupe et que «le détail des transferts à Oensingen est en cours d’élaboration et sera communiqué en temps utile». Enfin, il précise que des investissements sont prévus en 2017 sur le site de Cheseaux, qui devrait récupérer des assortiments de charcuterie supplémentaires.

A noter que le cas Bell pourrait prendre une dimension politique. Unia envisage d’utiliser ses relais pour intervenir au Grand Conseil, tandis que le mouvement politique anticapitaliste SolidaritéS Vaud dénonce déjà l’inactivité du Service de l’emploi, «qui se contente de croire aux belles promesses des employeurs». (24 heures)

Créé: 15.11.2016, 21h08

Articles en relation

Inquiétudes et espoirs sur le site Bell de Cheseaux-sur-Lausanne

Viande Le groupe a confirmé le transfert de l’abattage en Suisse allemande, mais dit vouloir étendre l’usine vaudoise à charcuterie Plus...

Manifestation devant l'usine Bell à Cheseaux

Vaud Environ 80 personnes se sont mobilisées suite à la décision du groupe bâlois de fermer une partie de l'usine. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.