Belmont se révolte contre les travaux pharaoniques de l’A9

LausanneL’élargissement du tunnel de l’autoroute durera sept ans avec des travaux jour et nuit.

Les tunnels seront élargis de deux voies supplémentaires

Les tunnels seront élargis de deux voies supplémentaires

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’ai investi toutes mes économies dans cette maison, achevée en 2013. Mon fils, qui a 7 ans, en aura 17 lorsque les travaux devraient être terminés. Il grandira donc sur un chantier», s’emporte Markus Häfeli, habitant au sentier de l’Epine à Belmont, à quelques mètres des tunnels de l’autoroute. Il réagit à la réunion d’information mise sur pied par l’Office fédéral des routes (OFROU) le 29 avril visant à préciser aux riverains les travaux projetés sur les viaducs et les tunnels de Belmont (lire ci-contre).

«C’est là que l’on nous a dit pour la première fois que le chantier aura lieu jour et nuit, de 2018 à 2025, avec un bal quotidien de 40 camions et une emprise sur nos propriétés en prime, explique Markus Häfeli. On ne peut pas traiter les gens comme ça. Si j’avais connu les détails de ce projet, je n’aurais pas acheté ma maison.»

A ses côtés, les critiques de trois autres voisins contre les méthodes de l’OFROU fusent: «Une attitude de république bananière», «l’OFROU nous convoque, nous prévient deux mois seulement avant la mise à l’enquête prévue en août et minimise l’ampleur du chantier». Les habitants du sentier de l’Epine vont donc s’opposer à l’élargissement des tunnels.

Une piste pour les camions

Lors de cette même séance, dont une autre semblable a aussi réuni les Belmontais du quartier du Blessoney, les riverains ont encore appris qu’il est prévu de créer une piste de circulation à côté de leurs propriétés, afin que les poids lourds puissent évacuer les matériaux excavés des tunnels. Car, selon l’OFROU, le réseau routier communal n’est pas dimensionné pour de tels transports.

«Cela fait des années que le projet est annoncé. Depuis combien de temps la Commune connaît-elle le détail de ces travaux?» s’interroge David Duran, autre habitant du sentier de l’Epine. «Je l’ai appris en partie par les médias très précisément le 20 mai 2014», assure Gustave Muheim, syndic de Belmont. La Commune n’aurait été conviée qu’en tant que propriétaire de terrains, en même temps que les riverains, aux séances d’information du 29 avril. «Nous n’avons jamais été consultés comme autorité politique et donc n’avons jamais pu prendre part aux études préparatoires, précise Dominique Gamboni, responsable de la Police des constructions et de l’Urbanisme à Belmont. Même si nous étions tenus sommairement au courant par les communiqués et des séances d’information générales sur les chantiers prévus entre Lausanne et Villeneuve.»

La Municipalité a donc demandé à l’OFROU la tenue d’une séance urgente afin de trouver les solutions les moins préjudiciables pour les Belmontais ainsi que pour la Commune. «Les plans illisibles des installations de chantier prévues qui nous ont été transmis avec les notes des deux séances démontrent qu’aucun égard n’a été porté à la réduction des effets nuisibles des travaux pour les voisins», ajoute Dominique Gamboni.

«Des dédommagements prévus»

Olivier Floc’hic, porte-parole de l’OFROU, calme le jeu: «Nous ne pouvions pas prévenir les gens avant que les options du chantier soient validées. Il s’agit d’un conflit habituel où les riverains surréagissent dans un premier temps. Des dédommagements sont prévus. Nos acquisiteurs de terrains vont prendre contact avec les propriétaires concernés avant la mise à l’enquête prévue avant la fin de l’été.»

Créé: 23.05.2015, 08h16

Les riverains du sentier de l’Epine à Belmont n’habitent qu’à quelques dizaines de mètres des tunnels de l’autoroute. (Image: ODILE MEYLAN)

Deux voies supplémentaires

Une bonne partie des 800 millions de francs de coûts estimés pour l’assainissement du tronçon de l’A9 entre Lausanne-Vennes et Chexbres sera consacrée à l’élargissement des tunnels de Belmont. L’OFROU a en effet trouvé une solution inédite afin de minimiser les nuisances du chantier pour les automobilistes. Une galerie sera construite dans le tunnel pour séparer les ouvriers du trafic. Ce concept permettra de conserver la circulation dans les deux sens, sur quatre voies, pendant qu’une troisième voie sera creusée dans chacun des deux tubes du tunnel. «Il ne s’agit pas exactement de troisièmes voies, mais de deux bandes d’arrêt d’urgence actives, semblables à celles créées entre Morges et Ecublens, qui seront mises en service pendant les heures de pointe», précise Olivier Floc’hic, porte-parole de l’OFROU.

Articles en relation

Une panne de courant et c’est le tunnel qui disjoncte

Autoroute A1 Un court-circuit a rendu impraticable le tunnel des Vignes entre Avenches et Morat (FR) durant plus dix-huit heures. L’A1 a été fermée. Plus...

Des murs antibruit en attendant une passerelle pour cyclistes

Nyon Le remblai créé vers le tunnel de l’Etraz ne préfigure pas la future liaison de mobilité douce entre Nyon et Prangins. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.