Passer au contenu principal

Benoît Violier était un chef d’orchestre incontesté

Ceux qui ont eu le privilège d’accompagner le chef étoilé sont unanimes sur ses qualités humaines et professionnelles. Au lendemain du drame, l'incompréhension demeure.

Devant les portes fermées de l'Hôtel de ville de Crissier, l'émotion est palpable.
Devant les portes fermées de l'Hôtel de ville de Crissier, l'émotion est palpable.
PATRICK MARTIN
Jennifer et Marie-José Urech sont venues se recueillir avec le chien de Benoît Violier, qui s'appelle McQueen.
Jennifer et Marie-José Urech sont venues se recueillir avec le chien de Benoît Violier, qui s'appelle McQueen.
PATRICK MARTIN
C'est le président français Jacques Chirac qui a remis la médaille d'or  au jeune Benoît Violier.
C'est le président français Jacques Chirac qui a remis la médaille d'or au jeune Benoît Violier.
MARCEL GILLIÉRON
1 / 37

Philippe Rochat, il y a moins de dix ans, emmenait sa brigade régaler les New-yorkais. Nous étions en novembre 2007, son ami de trente ans, Gray Kunz, coqueluche de Manhattan, lui avait prêté ses cuisines de Columbus Circle pendant trois jours, et l’on se préparait également à célébrer sur place, cinq après sa disparition tragique, le 10e anniversaire la victoire de Franziska au marathon le plus célèbre du monde. Philippe Rochat était le centre de toutes les attentions, mais celui qui avait organisé le déplacement, géré un nombre incalculable d’encoubles, dirigé avec doigté une brigade de plus de vingt personnes, c’était (déjà) Benoît Violier. Discret, souriant, efficace, il avait été le chef d’orchestre incontesté d’un concert sans la moindre fausse note.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.