Benoît Violier était un chef d’orchestre incontesté

Carnet NoirCeux qui ont eu le privilège d’accompagner le chef étoilé sont unanimes sur ses qualités humaines et professionnelles. Au lendemain du drame, l'incompréhension demeure.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Philippe Rochat, il y a moins de dix ans, emmenait sa brigade régaler les New-yorkais. Nous étions en novembre 2007, son ami de trente ans, Gray Kunz, coqueluche de Manhattan, lui avait prêté ses cuisines de Columbus Circle pendant trois jours, et l’on se préparait également à célébrer sur place, cinq après sa disparition tragique, le 10e anniversaire la victoire de Franziska au marathon le plus célèbre du monde. Philippe Rochat était le centre de toutes les attentions, mais celui qui avait organisé le déplacement, géré un nombre incalculable d’encoubles, dirigé avec doigté une brigade de plus de vingt personnes, c’était (déjà) Benoît Violier. Discret, souriant, efficace, il avait été le chef d’orchestre incontesté d’un concert sans la moindre fausse note.

Ami, soutien indéfectible de la maison de Crissier et grand facilitateur de ses aventures les plus audacieuses (comme le déplacement à Singapour, quelques années plus tard), le banquier lausannois Pierre Henchoz avait été du voyage. «Au lendemain de son titre de meilleur cuisinier du monde, décerné en décembre à Paris, une pluie de réservations s’est abattue sur le restaurant: 480 tables en quelques jours, dit-il, inconsolable. On le réclamait dans le monde entier, on venait de partout pour le rencontrer, il était émerveillé par ce succès et rien ne transparaissait d’une éventuelle angoisse. La pression? Benoît avait autour de lui une brigade exceptionnelle, capable de fonctionner parfaitement en son absence. Franchement, tout allait bien, je ne comprends pas…»

«Nous sommes dans l’irrationnel le plus total, dans une sorte de flash.»

Son éditeur, Pierre-Marcel Favre, ne dit pas autre chose: «Je suis assailli par les appels depuis dimanche soir. Tout le monde se pose la même question, et personne, même parmi ses amis les plus intimes, n’a la réponse. Il faut sans doute se dire que tu as beau être parfait, tu ne l’es quand même jamais complètement, et que le cerveau humain est décidément une machine complexe. Je ne pense pas que Benoît ait pu songer au suicide auparavant: nous sommes dans l’irrationnel le plus total, dans une sorte de flash, affirme-t-il. Dans le cas contraire, comment n’aurait-il pas songé à son épouse Brigitte, à son petit Romain, cet enfant si gai qui est venu nager des dizaines de fois dans ma piscine?»

Ceux qui ont eu le privilège d’accompagner Benoît Violier sont unanimes sur ses qualités humaines et professionnelles. Ouvert et chaleureux, vibrant communicateur de son art, le cuisinier était aussi un travailleur acharné et un immense perfectionniste. «Il a mis six ans à écrire son dernier livre, dédié au gibier à plumes d’Europe, se souvient encore Pierre-Marcel Favre. Dans tout ce qu’il entreprenait, son implication et son souci du détail étaient toujours absolus.»

«Rien ne pouvait laisser présager une telle tragédie.»

Vera Michalski-Hoffmann, l’une des quatre actionnaires de l’Hôtel de Ville de Crissier avec Andreas Hoffmann, André Kudelski et Franz Wassmer, peine à trouver ses mots: «Nous étions en contact permanent, et je peux vous assurer que rien ne pouvait laisser présager une telle tragédie. Je suis dans la stupeur et dans une tristesse infinie.»

«S’il était apparu, ces derniers temps, déprimé, pessimiste, renfermé, si le chiffre d’affaires avait été mauvais, nous aurions pu nous poser des questions, chercher des réponses. Mais non, il était enjoué, gai, fourmillant de projets, et le restaurant n’a jamais aussi bien marché, se désespère son ami Jean-Claude Biver, président de Hublot et patron de la Division montres du groupe LVMH. Il faut accepter que Dieu seul sache ce qui s’est passé dans sa tête en quelques secondes et penser très fort à Romain, son fils, et à son épouse Brigitte, à laquelle rien n’aura été épargné car c’est elle qui a découvert le corps.» (24 heures)

Créé: 01.02.2016, 16h32

Benoît Violier, un parcours

Articles en relation

Nicolas de Rabaudy:«Ce garçon était un génie»

Le décès d'un chef Interview Figure de la critique gastronomique, Nicolas de Rabaudy avait déjeuné vendredi dernier chez Benoît Violier à Crissier. Plus...

Crissier pleure son chef: «Le village est en deuil»

Benoît Violier L'émotion est palpable devant les portes fermées du restaurant de l'Hôtel de Ville. Plus...

Philippe Chevrier: «C’était un très grand pro»

Gastronomie Les réactions après le décès brutal du chef étoilé Benoît Violier abondent. Tour d'horizon. Plus...

«La gastronomie mondiale est en deuil!»

Carnet noir Interview La sélection française 2016 du fameux guide gastronomique Michelin s'est ouverte ce lundi matin par une minute de silence à la mémoire de Benoît Violier. Plus...

Les chefs rendent hommage à Benoît Violier

Carnet noir De Anne-Sophie Pic à Jean-François Piège, en passant par Marc Veyrat, ils disent leur tristesse sur les réseaux sociaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.