Passer au contenu principal

La bibliothèque «idéale» ouvrira bientôt à la place de la Sallaz

Ce n’est que la deuxième fois que Lausanne participe à la conception d’une bibliothèque. Ouverture prévue le 4 janvier.

Pablo Thuler (à g.), responsable du site, Sonia Charruau, adjointe administrative, et Frédéric Sardet, chef du Service bibliothèques et archives, dans la pièce qui sera dédiée aux enfants.
Pablo Thuler (à g.), responsable du site, Sonia Charruau, adjointe administrative, et Frédéric Sardet, chef du Service bibliothèques et archives, dans la pièce qui sera dédiée aux enfants.
Florian Cella
La bibliothèque est installée au rez-de-chaussée d'un nouvel immeuble locatif.
La bibliothèque est installée au rez-de-chaussée d'un nouvel immeuble locatif.
Florian Cella
Une fête publique aura lieu le 16 janvier.
Une fête publique aura lieu le 16 janvier.
Florian Cella
1 / 5

Ce qu’il préfère dans la Bibliothèque de la Sallaz? «Tout!» s’enthousiasme le futur responsable du site, Pablo Thuler, à quelques semaines de l’ouverture des portes, le 4 janvier. Les Lausannois pourront alors découvrir l’œuvre du bureau L-Architectes, installée au rez-de-chaussée d’un nouvel immeuble locatif, à deux pas de la sortie Sallaz du M2. Entre cet écrin moderne de 400 m2 et la bibliothèque «peu chaleureuse, de bric et de broc» de Grand-Vennes, qu’il remplace, le contraste est de taille, commente Frédéric Sardet, chef du Service bibliothèques et archives. «On passe du zéro pointé au 20 sur 20!»

Il n’y a donc pas que le mobilier design, une ventilation performante et le fait d’être situé au cœur d’une place appelée à se «revivifier» qui réjouissent les responsables. Car la Municipalité a pu façonner l’endroit selon ses souhaits. Des six bibliothèques de la Ville de Lausanne, seule celle d’Entre-Bois, à Bellevaux, a bénéficié de ce traitement de faveur. «Sans compter le Palais de Rumine, la Ville a très peu construit pour ses bibliothèques», rappelle Frédéric Sardet. Conséquences: celles-ci ont souvent investi des locaux peu adaptés, à l’image de la Bibliothèque de Chauderon, qui a remplacé un… restaurant.

«A la Sallaz, nous avons pu réfléchir à la manière dont nous souhaitons nous adresser aux gens», poursuit Frédéric Sardet. Concrètement, cela se traduit notamment par un «côté salon» à l’entrée. Les lecteurs pourront s’y installer pour lire la presse tout en buvant un café. «Les gens viendront aussi ici pour se détendre et passer du temps.»

Favoriser la transition

L’aménagement témoigne aussi d’une attention particulière aux plus jeunes. La section jeunesse se trouve dans la première partie de la bibliothèque. En avançant, l’offre (livres, BD, mangas, DVD) évolue graduellement pour s’adresser à un public plus âgé. Un moyen de favoriser la transition et de retenir les adolescents, qui, vers 14-15 ans, ont tendance à déserter les rayons des bibliothèques.

Si beaucoup d’efforts ont été consacrés à la forme et à l’accueil, le fond n’est pas en reste. Pablo Thuler promet une amélioration qualitative dans la collection de 25 000 livres de la bibliothèque. Les services numériques ont aussi été renforcés avec l’acquisition d’un lecteur de DVD et de plusieurs tablettes.

«Il est certain que le nouveau positionnement du site va engendrer une augmentation notable de la fréquentation», prédit Frédéric Sardet. A Grand-Vennes, celle-ci était estimée à 60'000 personnes par an pour environ 270 prêts par jour ouvrable.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.