Passer au contenu principal

Bô Noël attire les foules mais ses subventions flanchent

Le marché a accueilli 400'000 visiteurs - un record d'affluence - et table sur un bénéfice.

Les petits chalets de Saint-François, prisés pour l'apéro.
Les petits chalets de Saint-François, prisés pour l'apéro.
PATRICK MARTIN

Du 20 novembre au 31 décembre, la 5e édition de Bô Noël «a battu tous les records d’affluence», se félicitent les organisateurs. En se basant notamment sur le nombre de verres commandés (+20% par rapport à l’an dernier), ils estiment le nombre de visiteurs à 400'000, contre 350'000 l’année précédante. «Le marché séduit de plus en plus les touristes», observent-ils. L’événement figure d’ailleurs dans le top 15 des «marchés inoubliables à travers le monde» cités par «Le Figaro» et dans le top 5 des marchés de Noël européens établi par la revue britannique «Decanter».

Cette année, Bô Noël investissait pour la première fois la Cité. «Pari réussi», selon les organisateurs, qui avaient essuyé un échec à la place Chauderon en 2017. Le Village des Enfants et la Ferme des Animaux ont été agrandis. Place Pépinet, le Marché des Créateurs voit son chiffre d’affaires bondir de 50% (75'000 francs de vente).

Le montant des dépenses des visiteurs est estimé à 5 millions de francs. «Et entre 9 et 12 millions de francs en incluant les retombées économiques indirectes comme les nuitées hôtelières et les dépenses dans d’autres commerces que ceux du marché», ajoute Florian Schmied, directeur de la manifestation.

«Nous avons envie de continuer à développer cette manifestation»

Plus de 20'000 litres de vin chaud (100% suisse) ont été servis. À l’Iglôo du terroir vaudois, place de l’Europe, 7000 fondues ont été avalées pendant les festivités. Autre motif de réjouissances: les dimanches ont enfin trouvé leur public. «Ce n’était pas évident les premières années, mais la sauce a pris», se réjouit Florian Schmied. Ce succès plaide selon lui «pour une ouverture de l’ensemble des commerces à Lausanne durant cette période».

Le budget de cette édition – en hausse – s’élève à 1,5 million de francs. «Pour les recettes, nous sommes dans les chiffres noirs estimatifs, indique Florian Schmied. Normalement, il devrait y avoir un petit bénéfice qui sera réinvesti.» Il craint par contre la réduction annoncée des subventions l’année prochaine (800'00 francs). «Il faudra trouver des solutions. Mais nous avons envie de continuer à développer cette manifestation.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.