Le bunker de Simenon proche de la démolition

EpalingesLa commune d’Epalinges vient de recevoir la demande de permis de démolir de la part du propriétaire de la parcelle.

L’écrivain avait dessiné lui-même les plans de sa gigantesque villa palinzarde, construite en 1963.

L’écrivain avait dessiné lui-même les plans de sa gigantesque villa palinzarde, construite en 1963. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de pièces réparties sur trois étages, une salle d’opération entièrement équipée, une immense piscine couverte attenante à la bâtisse: la maison d’Epalinges où l’écrivain Georges Simenon a vécu jusqu’en 1972, à l’abandon depuis lors, ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Au début du mois de février, en effet, la commune a reçu la demande de permis de démolition de la part du nouveau propriétaire de la parcelle de 25'000 m2 sur laquelle, en 1963, le père du commissaire Maigret avait fait construire, après en avoir dessiné les plans, une immense villa que les Palinzards avait d’emblée surnommée le «bunker».

Le Cavaliere Luigi D’Amato, armateur napolitain installé à Lausanne et dont les sociétés ont des bureaux aux quatre coins du monde, a acheté le terrain en 2008, par l’intermédiaire d’une société appelée Best House SA, pour y faire construire douze immeubles de six appartements chacun. L’investissement consenti est d’une quarantaine de millions, sans compter le prix de la parcelle achetée aux héritiers de l’écrivain, qui n’a pas été divulgué.

Alors que le Conseil communal a donné son feu vert au plan partiel d’affectation «Les Orchez» en avril 2014, plus rien n’a bougé depuis cette date, et la demande de permis de construire n’a toujours pas été déposée.

Un peu de retard
«Il est vrai que nous avons pris un peu de retard, mais le projet n’est absolument pas abandonné, précise Gabriele Maria Rossi, l’architecte pulliéran auquel la famille D’Amato a confié les plans des douze immeubles. Aujourd’hui, sachant que le permis de construire fera inévitablement l’objet d’oppositions, nous avons décidé de procéder par étapes, en commençant par demander de pouvoir au plus vite démolir le bâtiment, notamment afin d’éviter l’arrivée de nouveaux squatters.»

Comme l’exige la loi sur la démolition, la transformation et la rénovation, la demande de permis de démolition sera désormais transmise par la commune d’Epalinges à l’Unité logement de l’Etat de Vaud puis, en cas d’accord, mise à l’enquête.

Valeur symbolique
La bâtisse, dont Pierre Assouline, biographe de l’écrivain, disait que «les visiteurs en rapporteront la curieuse sensation d’avoir séjourné soit dans une forteresse repeinte après une guerre, soit dans une clinique futuriste», n’est plus que partiellement occupée par un gardien, sur le départ, et se trouve dans un état de délabrement avancé. Dès lors que le bunker de Georges Simenon, mort en septembre 1989 à l’avenue des Figuiers à Lausanne, n’a donc qu’une relative valeur symbolique mais aucune valeur architecturale, la procédure ne devrait pas connaître d’obstacles et devrait aboutir rapidement.

Selon l’architecte Gabriele Maria Rossi, le permis de construire, quant à lui, sera déposé au plus tard à la fin du mois de mars.

Créé: 13.02.2015, 14h36

Articles en relation

Le «bunker» de Georges Simenon sera remplacé par des immeubles

Epalinges Environ septante logements devraient voir le jour en lieu et place de la maison de l'écrivain belge à Epalinges Plus...

Le «bunker» de Simenon va être détruit

Epalinges Le Cavaliere Luigi D’Amato va construire douze résidences de grand standing sur cette parcelle. Plus...

1981: Simenon se met à nu

250 ans dans la vie des Vaudois Parution des Mémoires intimes du plus Lausannois des écrivains belges Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.