Bussigny part à la chasse aux voitures ventouses

Ouest lausannoisPoussées hors de Lausanne, les autos se rabattent sur les places de parc du district depuis les années 2000. Les communes ont pris des mesures une à une.

(Illustration)

(Illustration) Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bussigny va se doter d’une nouvelle politique de stationnement public dès cet automne. En premier lieu, une partie de ses places de parc de longue durée verront leur temps de parcage raccourci, ce qui ne permettra plus d’y laisser sa voiture toute la journée.

Parallèlement, des macarons seront mis en vente, mais seront réservés aux seuls habitants de la commune. Le dispositif sera complété par la vente de cartes à gratter, qui permettront aux visiteurs de prolonger occasionnellement leur temps de parcage.

Pourquoi ces mesures, dont la date d’entrée en vigueur n’est pas encore précisée? «Le problème est que de multiples places publiques sont occupées en permanence, le soir par des véhicules utilitaires d’entreprises externes à Bussigny et la journée par les collaborateurs de ces mêmes entreprises», explique Jean-Pierre Aeby, municipal chargé de la sécurité publique. Ce phénomène est pourtant connu dans l’Ouest lausannois depuis plusieurs années. «Depuis l’introduction des macarons en ville de Lausanne, au début des années 2000, le problème s’est propagé dans le district», observe l’élu. Les règlements de police ont ainsi été mis à jour de manière uniforme en 2008, permettant aux communes du district une certaine liberté dans son application. «À Bussigny, le besoin ne s’est fait sentir qu’après quelques années, car les communes avoisinantes ont déployé ces mesures au fur et à mesure de l’extension du problème», détaille Jean-Pierre Aeby.

Bussigny est de fait la sixième commune du district à introduire ce type de macaron, après Renens, Prilly, Écublens, Saint-Sulpice et Crissier. Les automobilistes venus des quatre coins du canton sont ainsi repoussés de plus en plus loin du centre de l’agglomération lausannoise dans leur recherche de places de parc à moindre coût. «En définitive, les mesures qui sont prises, telles que la mise en place de systèmes de macarons, contribuent à favoriser le report sur d’autres moyens de transport que la voiture», se réjouit Ariane Widmer, directrice du bureau Stratégie et développement de l’Ouest lausannois, qui a observé le phénomène et réalisé des études sur le stationnement dans le district. Elle ajoute que l’Ouest lausannois a également renoncé à construire des parkings relais. «L’idée est que les gens parquent leur voiture le plus près possible de leur domicile avant de prendre les transports publics pour leur lieu de travail, et non pas qu’ils se rapprochent de l’agglomération.» (24 heures)

Créé: 20.08.2018, 19h25

Articles en relation

Transformer une place de parc en lieu de détente

Lausanne Les roses proposent d’étudier l’aménagement de certaines cases de stationnement en terrasses ou autres lieux conviviaux. Le PLR ne rejette pas l’idée. Plus...

La Commune de Villeneuve empoisonnée par un simple macaron

Justice L’exécutif vient d’être débouté dans une affaire de stationnement sur le domaine public. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.