Passer au contenu principal

À Bussigny, la possibilité d’une autre agriculture

Deux jeunes lancent une association de micromaraîchage écologique et sociale. Un modèle en plein essor.

Arthur Turin (gauche) et Guillaume Sommer (droite), fondateurs d’À la Belle Courgette, dans leurs champs.
Arthur Turin (gauche) et Guillaume Sommer (droite), fondateurs d’À la Belle Courgette, dans leurs champs.
VANESSA CARDOSO

Il leur manquait juste un lopin de terre. «C’est le plus dur à trouver, surtout avec un projet qui sort des normes», concèdent Guillaume Sommer et Arthur Turin. Le leur s’appelle À la Belle Courgette et il verra finalement le jour à Bussigny, sur un terrain de 1,5 hectare loué à un propriétaire privé. Ces deux amis, respectivement diplômé en agronomie et étudiant en aménagement de la forêt et du paysage, lancent une association de micromaraîchage qui se veut écologique et sociale. Un projet spécifique mais qui s’inscrit dans le paysage de plus en plus fourni des microfermes (lire encadré).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.