C'est une maison jaune accrochée à la Clergère

UrbanismeLa «verrue» du centre-ville de Pully, chantier figé depuis 2003, pourrait faire l’objet d’une procédure d’expropriation.

La «verrue» de Pully (à gauche sur cette photo prise en 2015), triste vision à l'angle de l'avenue de Lavaux et de la place de la Clergère.

La «verrue» de Pully (à gauche sur cette photo prise en 2015), triste vision à l'angle de l'avenue de Lavaux et de la place de la Clergère. Image: Patrick Martin - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Des nouvelles de l’immeuble en ruine, à l’angle de l’avenue de Lavaux?» Lors de la dernière séance du Conseil communal, le Vert’libéral Philippe Diesbach a interrogé le syndic sur le destin de la maison jaune abandonnée, surnommée la «verrue» de Pully par les riverains excédés. Gil Reichen a fait savoir qu’à son avis «on se dirige vers une mesure d’expropriation dans le cadre des travaux de réaménagement de l’avenue de Lavaux».

Voilà quinze ans que la Commune de Pully essaie, en vain, de régler le problème de ce chantier déserté, triste vision en plein centre-ville. Les travaux de rénovation de la maison jaune, lancés en 2003, ne se sont jamais achevés.

Les autorités butent contre le silence d’un propriétaire peu enclin à la collaboration. Et lorsque quelqu’un détient un permis de construire, on peut difficilement le forcer à finir le chantier. À une époque, en désespoir de cause, la Commune avait même proposé de racheter la maison. Rien à faire. Le propriétaire ne voulait ni faire de l’ordre ni vendre.

Les autorités sont d’autant plus embêtées qu’une éventuelle reprise des travaux n’arrangerait pas ses affaires. Elles aimeraient mieux voir disparaître cette construction qui gêne deux projets majeurs: le réaménagement de l’avenue de Lavaux (futur axe fort destiné à accueillir les bus à haut niveau de service), on l’a dit, et la transformation de la place de la Clergère en vue de rendre le secteur plus convivial.

«Il est encore trop tôt pour une procédure d’expropriation, précise le syndic. Lorsqu’il y aura un projet établi qui implique la destruction de cette maison, nous prendrons contact avec les propriétaires sur lesquels on empiète.» (24 heures)

Créé: 07.06.2018, 16h25

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...