«C’est très rigolo de passer pour un revenant!»

PeintureDe retour en Suisse, Juan Martinez s’amuse des réactions provoquées par la vente de ses tableaux chez Emmaüs et évoque son actualité.

Juan Martinez expliquant que sa priorité a toujours été de?laisser une œuvre et pas de vendre des toiles.

Juan Martinez expliquant que sa priorité a toujours été de?laisser une œuvre et pas de vendre des toiles. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est très rigolo de passer pour un revenant!» Depuis son retour en Suisse, dimanche, le peintre Juan Martinez est assailli de mails et de téléphones. Dans le petit milieu de l’art, la mise en vente de quelques-unes de ses œuvres dans le cadre de la Foire aux livres d’Emmaüs n’est en effet pas passée inaperçue. Et a suscité beaucoup de réactions. «De nombreuses personnes trouvent cela scandaleux. Ils ne voient pas le fait que cette vente va aider des gens. Moi, je trouve intéressant que le parcours de ces tableaux passe par là. Et je suis content de contribuer indirectement au fonctionnement de cette communauté.»

A Etagnières, justement, les amis de l’abbé Pierre ont finalement reçu huit offres pour un ou plusieurs tableaux. Mardi, à l’heure de boucler ces lignes, ils n’avaient toutefois pas encore décidé qui les emporterait. «J’espère surtout qu’ils ne seront pas achetés par des spéculateurs, glisse Juan Martinez. Je déteste cette activité. Au nom de quoi telle œuvre vaudrait plus que telle autre?»

Fausses rumeurs

Cela précisé, l’agitation autour de cette vente inattendue l’amuse beaucoup. En particulier quand elle émane de personnes dont il n’avait pas eu de nouvelles depuis longtemps. «Des rumeurs ont couru que je ne peignais plus ou que je m’étais installé à l’étranger. C’est vrai que j’ai voyagé, mais j’ai toujours gardé une adresse dans ce pays que j’aime et, surtout, je n’ai jamais cessé de travailler», explique ce septuagénaire qui fait largement dix ans de moins en faisant visiter son atelier débordant de toiles de toutes tailles.

En Espagne, Juan Martinez vient de réaliser l’affiche d’une exposition consacrée à la philosophe Maria Zambrano (1904-1991). A titre personnel, il a aussi peint ces derniers mois une série de 1000 portraits… sur 500 doubles pages du journal El País. Une série intitulée «L’agora des mille». «El País, c’est le journal du peuple, comme 24 heures ici. C’était donc un bon support pour des portraits.» Mais un support qui vieillit mal. Aidé par des amis lausannois, Juan Martinez est donc en train de réunir des fonds pour éditer un livre. Enfin, depuis quelques semaines, il est en contacts avancés pour remonter une exposition à Bâle.

«Encore une fois, ce projet est le fruit d’un hasard, d’une rencontre. L’humain a toujours été ma principale source d’inspiration, car c’est une inépuisable source d’imprévus. Cette histoire de vente chez Emmaüs, qui me fait soudain passer dans le journal alors que j’ai toujours plutôt cherché à me cacher dans mon atelier, en est la meilleure preuve. Mais mon but est de laisser une œuvre, pas de me payer une piscine ou un chauffeur.» (24 heures)

Créé: 04.10.2016, 21h34

Articles en relation

Exposé au Guggenheim de New York et en vente chez Emmaüs

Etagnières La communauté de l’Abbé Pierre met en vente cette semaine à Etagnières des tableaux de Juan Martinez reçus d’un privé. Le peintre n’était au courant de rien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.