Passer au contenu principal

La campagne sur Malley-Gare a été électrique

Avant la votation du 27 novembre, le syndic prilléran croise le fer avec le porte-drapeau du non à ce projet urbanistique géant. Débat.

Les tours projetées dans la quartier de Malley. Les deux tours turquoise appartiennent au plan de quartier Malley-Gare, soumis à votation le 27 novembre. Les autres appartiennent à deux plans de quartier qui sont encore en cours d'élaboration (Malley-Gazomètre et Malley-Viaduc).
Les tours projetées dans la quartier de Malley. Les deux tours turquoise appartiennent au plan de quartier Malley-Gare, soumis à votation le 27 novembre. Les autres appartiennent à deux plans de quartier qui sont encore en cours d'élaboration (Malley-Gazomètre et Malley-Viaduc).
Damiano Groppi
Sur cette illustration, la deuxième et la dernière tour depuis la gauche (77 m et 63 m) appartiennent au plan de quartier Malley-Gare, soumis à votation le 27 novembre. Les autres appartiennent à deux plans de quartier qui sont encore en cours d'élaboration (Malley-Gazomètre et Malley-Viaduc).
Sur cette illustration, la deuxième et la dernière tour depuis la gauche (77 m et 63 m) appartiennent au plan de quartier Malley-Gare, soumis à votation le 27 novembre. Les autres appartiennent à deux plans de quartier qui sont encore en cours d'élaboration (Malley-Gazomètre et Malley-Viaduc).
Damiano Groppi
Avenir Malley
1 / 6

A une semaine de la votation sur Malley-Gare, à Prilly, l’ambiance est électrique entre partisans et opposants au projet. Le 27 novembre, les urnes scelleront le destin de la revalorisation de Malley, dont ce plan de quartier est à la fois la clef de voûte et le premier à être présenté. Invités à débattre par 24 heures, le syndic Alain Gillièron, pour le oui, et Jean-Claude Péclet, de l’association Avenir Malley, pour le non, se sont livrés à une passe d’armes sur les thèmes qui divisent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.