Vaud lance des unités mobiles de psychogériatrie en EMS

SantéPierre-Yves Maillard veut encore diminuer le nombre de lits du Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé, à Cery.

Le 1er janvier 2016, le Service de psychiatrie de l’âge avancé sera passé, en moins de deux ans, de 80 à 50 lits.

Le 1er janvier 2016, le Service de psychiatrie de l’âge avancé sera passé, en moins de deux ans, de 80 à 50 lits. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entamées en décembre 2013, les grandes manœuvres du Département vaudois de la santé et de l’action sociale pour améliorer le fonctionnement et les pratiques du Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé (SUPAA), au sein du site de Cery, se poursuivent intensément.

Dans un premier temps, le SUPAA est passé de 80 à 69 lits, ce qui lui a permis de supprimer toutes les chambres à quatre lits, et a notamment modifié les locaux de douches afin que les patients qui le souhaitent puissent les utiliser une fois par jour. Cela s’est fait à la suite du rapport demandé par le ministre de la Santé à la Coordination interservices de visites en établissements sanitaires et sociaux (CIVESS).

Pierre-Yves Maillard, néanmoins, n’entend pas en rester là. Pour que le SUPAA puisse ne plus compter que 55 lits au début de l’été prochain, puis seulement 50 le 1er janvier 2016, le président du Conseil d’Etat vient de décider qu’il valait mieux, dans certains cas d’urgence, déplacer le personnel plutôt que les personnes. «Un patient sur deux qui entre au SUPAA vient d’un EMS, relève-t-il. Nous visons donc à éviter ces hospitalisations en offrant dans le même temps un meilleur cadre aux patients du SUPAA. Des unités mobiles de psychogériatrie apporteront un renfort dans les EMS en prenant en charge les résidents en phase de décompensation sur leur lieu de vie. Cela leur permettra de ne pas perdre leurs repères et d’être pris en charge dans un espace plus convivial, où ils pourront mieux être mobilisés et accompagnés dans la vie quotidienne que dans une unité hospitalière. Une évaluation sur place devient donc un préalable obligé à l’entrée au SUPAA.»

Composées de médecins, d’infirmières et d’infirmiers, les unités mobiles de psychogériatrie, qui témoignent de la volonté du Département de la santé de renforcer la médicalisation en EMS, n’induiront aucune diminution de budget ou de personnel à Cery. «Avec moins de lits, le SUPAA gardera le même budget, cela signifie qu’une partie des médecins et infirmiers seront amenés à intervenir aussi en EMS. Il faudra modifier leur rôle et cahier des charges, précise Pierre-Yves Maillard. C’est une évolution importante, qui devra être conduite avec soin, mais du côté de Cery ces changements sont attendus avec envie. L’expérience sera en outre suivie avec attention par le Service de la santé publique, car en médecine somatique aussi, beaucoup d’hospitalisations proviennent des EMS.»

En évitant de toucher au budget et au nombre de soignants tout en ramenant à 50 le nombre de lits, le ministre de la Santé compte sur une amélioration de la prise en charge et des soins au sein du SUPAA. «Ce service, où des personnes dévouées et compétentes travaillent dans des conditions difficiles, restera toujours un hôpital, prenant en charge les situations les plus complexes. Tout n’y était pas sombre avant et tout ne sera pas rose après, souligne-t-il. Mais nous voulons lui donner la possibilité de se recentrer sur sa mission, qui implique des séjours de courte durée. Les difficultés constatées lors de nos investigations étaient en grande partie liées à des séjours trop longs pour un hôpital, ce qui relève des carences de tout un système et pas du SUPAA seul.»

Accueil favorable
Présentée il y a quelques jours par le Département de la santé à l’ensemble de ses partenaires, parmi lesquels l’Association vaudoise des EMS, la Fédération patronale des EMS et la Fédération des hôpitaux vaudois, la décision de créer des unités mobiles de psychogériatrie a été favorablement accueillie.

Quant à l’étude comparative des médicaments utilisés en psychogériatrie, indispensable aux yeux du président du Conseil d’Etat, qui avait été confiée à feu le professeur Pierre Bovet et à laquelle se réfère une interpellation sur l’excès des médicaments récemment déposée par le député Jacques-André Haury devant le Grand Conseil, elle vient d’être reprise par l’Unité de pharmacogénétique et de psychopharmacologie clinique sous la direction du professeur Chin Eap. Ses conclusions sont attendues en juillet prochain.

Créé: 23.02.2015, 07h10

Articles en relation

Jacques-André Haury s'interroge sur Cery

Psychiatrie Le député vert’libéral va développer mardi une interpellation sur les pratiques de l’hôpital psychiatrique en matière de médicaments. Plus...

En un an, le CHUV a remis Cery sur les bons rails

Psychiatrie Le fonctionnement et les pratiques en cours au sein du Service de psychiatrie de l’âge avancé ont été revus de fond en comble. Plus...

La psychiatrie du futur prend forme à Cery

Investissement Le Grand Conseil libère 22 millions pour donner un toit à une équipe du CHUV qui connecte neurosciences et psychiatrie. Plus...

Cery revoit ses pratiques et réaménage ses installations

Vaud L'hôpital psychiatrique de Cery, près de Lausanne, revoit son fonctionnement à la suite du témoignage de la femme d'un patient. Plus...

«Cery a fait de mon mari un zombie»

Témoignage Le récit de l’épouse d’un octogénaire fait froid dans le dos. L’hôpital réfute ses accusations. Pierre-Yves Maillard ordonne une inspection. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...