Passer au contenu principal

Les cantonales aspirent les ténors du Conseil communal

Des figures très actives à Lausanne ont décroché un siège de député. Au moins cinq d’entre-eux lâcheront la Palud pour la place du Château.

Il n’y a pas qu’au Grand Conseil qu’on verra de nouvelles têtes ces prochains mois. A Lausanne, le Conseil communal va en voir arriver au moins cinq. Grâce ou à cause des nouveaux députés vaudois, justement. Deux socialistes, deux Verts, deux PLR et un membre d’Ensemble à Gauche vont en effet faire leur entrée en politique cantonale. Et cinq d’entre eux ne veulent ou ne peuvent pas cumuler les deux mandats. Deux autres préfèrent découvrir le nouveau parlement avant de se décider. Mais les sept sont en tout cas des personnalités très actives lorsqu’elles siègent à la Palud.

Les présidentes de section

Deux présidentes de partis lausannois sont désormais élues députées. La Verte Léonore Porchet et la PLR Florence Bettschart-Narbel. La première démissionnera le jour de son assermentation au Grand Conseil. Les statuts de son parti empêchent le cumul. Elle quittera aussi la présidence de la section en juin. Après trois ans. «Elle ne fait pas de sens si je n’ai plus les pieds dans la politique locale, explique-t-elle. C’est quelqu’un qui siège au Conseil communal qui la reprendra.»

Florence Bettschart, arrivée à la tête des libéraux-radicaux lausannois il y a moins de deux ans «un peu dans l’urgence», compte cumuler. «Au moins un moment, mais cela va demander de l’organisation, notamment avec mon travail à la FRC.» Elle conserve aussi la présidence, «au minimum un an. Ça me va, de faire une année sans élections! Cela me permet de mettre des choses en place avant de passer le témoin. On a une équipe très motivée.»

Les cheffes de groupe

La socialiste Sarah Neumann et la Verte Séverine Evéquoz s’en iront aussi. Pour elles, les statuts ne permettent pas d’en décider autrement. Mais ils semblent leur convenir. La cheffe de groupe PS est entrée il y a cinq ans à la suite des départs pour le Grand Conseil de Rebecca Ruiz, de Samuel Bendahan et de Jean Tschopp. Elle a donc bénéficié des statuts PS et en fait profiter d’autres à son tour «sans regrets. Mais il est sûr que j’aurais volontiers continué à Lausanne en cas de non-élection.» A noter qu’une autre conseillère socialiste, Carine Carvalho Arruda, pourrait démissionner du Conseil communal pour devenir députée. Si Cesla Amarelle est élue au Conseil d’Etat, Samuel Bendahan pourrait céder sa place pour la remplacer au Conseil national, à Berne.

La Verte Séverine Evéquoz, contrainte de démissionner, l’aurait de toute manière fait, sans trop hésiter. «Dans mon cas, la charge avec mon activité professionnelle serait trop lourde. Et je pense évidemment qu’il faut répartir les forces et faire de la place à des nouveaux.» Quant à la présidence du groupe au Conseil, elle sera «rediscutée» ces prochaines semaines.

Les conseillers communaux

Trois hommes complètent la nouvelle députation lausannoise d’élus communaux au Grand Conseil. Hadrien Buclin (SolidaritéS) et Arnaud Bouverat (PS) quitteront le Conseil. Le premier n’y est pas forcé par son parti. Mais se déclare «personnellement assez opposé aux doubles mandats». Il insiste de plus, tout comme les autres élus, sur la qualité de leurs viennent-ensuite. Difficile d’en faire la liste, puisque chacun est libre de refuser d’entrer au Conseil communal.

Le PLR Guy Gaudard n’a pour sa part pas prévu de démissionner. «Je vais déjà prendre la température du Grand Conseil. Je ferai le bilan à la fin de l’année. Mais j’aime beaucoup le Conseil communal!»

Ceux qui y sont déjà

Jean-François Cachin (PLR), Jean-Luc Chollet et Philippe Ducommun (UDC), Manuel Donzé et Axel Marion (PDC) ainsi que Jean-Michel Dolivo (SolidaritéS) sont à l’heure actuelle déjà députés tout en étant conseillers communaux. Des démissions pourraient aussi survenir de leur côté. Au total, donc, treize députés élus de la ville de Lausanne sur vingt-six sont issus des rangs du Conseil communal.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.