Une capsule temporelle rappelle la lutte anarchiste

HistoireLa démolition des murs des quais d’Ouchy a révélé des documents placés là en 1900, sans doute par des ouvriers italiens.

C'est en démolissant un des murs du quai d'Ouchy, que les ouvriers ont découvert la capsule temporelle en verre. logée dans un trou fait exprès.

C'est en démolissant un des murs du quai d'Ouchy, que les ouvriers ont découvert la capsule temporelle en verre. logée dans un trou fait exprès. Image: Ville de Lausanne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Salut à celui qui aura l’honneur de trouver ce billet»! La phrase est désuète et a des raisons de l’être. Calligraphiée à la plume sur un bout de billet tamponné de la Direction des travaux de la Ville de Lausanne, elle a été retrouvée mi- mars dans une capsule en verre coulée dans le béton lors de la construction des murs des quais d’Ouchy. Soit le 7 juillet 1900, comme le précise la une du journal présent aussi dans le bocal. Ces documents seront analysés par le Service des archives.

La découverte, faite à l’occasion des travaux de restauration du mur des quais de Belgique et d’Ouchy, démarrés en 2015, a été une surprise, plus inattendue qu’une fève dans un gâteau des rois. «On sait que cette pratique était assez rare à l’époque», indique Vincent Duffau, répondant presse du Service de la mobilité et des routes. Et si elle est très fréquente aujourd’hui, ce sont les maîtres d’ouvrage – soit les représentants des autorités – qui y apposent leur paraphe. Là, ce sont les «ouvriers cimenteurs suisses» qui signent la lettre, dont il est difficile de déchiffrer l’entier du texte manuscrit.

Acte anarchiste clandestin

Et alors que les autorités ont tendance à glisser le 24 heures du jour dans les capsules actuelles, les cimenteurs ont fait un choix audacieux: le 1er numéro du Réveil, bimensuel anarchiste édité à Genève. Cet organe du mouvement ouvrier et de l’anarchisme international, fondé par le typographe tessinois Louis Bertoni et contenant des pages en italien destinées aux ouvriers immigrés, a paru jusqu’en 1940, puis clandestinement durant la Seconde Guerre mondiale.

«On a l’impression que c’est plutôt un acte militant d’ouvriers, et pas un geste officiel des constructeurs», explique Frédéric Sardet, chef du Service des archives, à qui seront remis les documents. Sans doute clandestin, le placement de cette capsule dans le béton d’Ouchy pourrait faire écho aux jugements de trois anarchistes, dont Bertoni, tombés en juillet 1900. «On est en plein essor du mouvement anarchiste en Suisse romande, dont les membres revendiquent la liberté d’expression et la lutte armée contre l’oppression, continue Frédéric Sardet. Ils étaient considérés comme des terroristes!»

Le cimentier «Reusser»?

L’analyse des archivistes permettra peut-être de déchiffrer une autre information contenue dans la brève lettre, bien conservée grâce au verre et au béton. On y lit que «tous les dés (ndlr: les piliers) ont été moulé (sic) par le cimenteur…» suivi d’un prénom, sans doute Frédéric, et d’un nom, peut-être Reusser.

La découverte confirme le caractère centenaire des quais (1896-1901), qui remplacèrent ce qui n’était alors qu’un chemin public bordant le lac entre Ouchy et la tour Haldimand. Ce sont des signes importants de dégradation qui ont décidé la Ville à entreprendre la réfection totale de ces murs en 2015. Après une consultation des passants, invités à voter pour leur «couleur» de béton préférée, et l’avis des experts en durabilité et du patrimoine, c’est un sable local du Jura légèrement jaune et du ciment à base de laitiers de hauts-fourneaux qui composent dès lors les nouveaux murs. Ils seront entièrement terminés en 2020. (24 heures)

Créé: 27.03.2017, 19h46

"Salut à celui qui aura l'honneur de trouver ce billet", c'est le message que les cimenteurs suisses ont voulu laisser au futur. (Image: Ville de Lausanne)

Le 1er numéro du Réveil, daté du 7 juillet 1900, utilise des termes durs contre les radicaux au pouvoir, contre l’église d’Etat, et contre toute forme d’oppression institutionnelle. (Image: Ville de Lausanne)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...