Castagne au sein de la gauche radicale vaudoise

PolitiqueLe parti ouvrier accuse le reste de la coalition Ensemble à Gauche de ne pas l'avoir consulté sur la succession de Maillard. Mais il n'a pas assisté aux réunions depuis l'été dernier.

La gauche radicale s'apprête à annoncer qui sera son candidat à la succession de Pierre-Yves Maillard

La gauche radicale s'apprête à annoncer qui sera son candidat à la succession de Pierre-Yves Maillard Image: Jean-Bernard Sieber - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme dans toute chamaillerie, il y a deux sons de cloche. Mais d'abord, les protagonistes. Le conflit se joue entre Solidarités - accompagnée de Décroissance alternative et Solidarité & Écologie Yverdon - et le Parti ouvrier populaire (POP). Bref, c'est au sein de la coalition Ensemble à Gauche que le torchon brûle. Et ce n'est pas la première fois.

Le fond et surtout la forme, maintenant. Lundi, la presse recevait une invitation à venir découvrir jeudi qui serait le candidat de la coalition qui allait se lancer dans la course à la succession de Pierre-Yves Maillard. Une invitation sous embargo. Comprendre: la presse ne pouvait pas annoncer qu'elle connaîtrait le candidat jeudi.

Mercredi peu avant 17h, c'est le POP seul qui s'adressait à la presse par mail. Voici les premières lignes de son communiqué: «Le POP vaudois a appris fortuitement la tenue d’une conférence de presse ce jeudi conviée au nom de la coalition Ensemble à Gauche - dont le POP fait partie depuis sa création - pour présenter une candidature à l’élection complémentaire au Conseil d’État. Or le POP ainsi que ses députés au Grand Conseil n’ont pas été informés de la tenue de cette conférence de presse, qui se fait pourtant au nom de la coalition dont il fait partie.»

Colère au POP, donc. Un observateur proche de la gauche radicale l'affirme: «Le POP ment, il savait très bien que tout cela avait lieu. Simplement, il ne va jamais aux séances de discussion avec le reste de la coalition. Le POP vaudois commence à être sectaire...»

Pierre Conscience, secrétaire de Solidarités, donnera pour sa part des détails sur la situation durant la conférence de presse de jeudi matin. Pour l'heure il se contente de dire que «depuis cet été, le POP a pratiqué la politique de la chaise vide durant les séances de la coalition. Ils ont eu plusieurs assemblées et un congrès et ne nous ont jamais livré leurs positions. Ils ont été associés dès le début à nos démarches et sont toujours les bienvenus.»

«Pas eu le temps»

Pas de politique de la chaise vide, rétorque le POP par la voie de sa vice-présidente, Anaïs Timofte. Mais plutôt «des différences dans la manière de fonctionner et de s'organiser». Ainsi, le parti ouvrier affirme n'avoir pas eu le temps de réunir sa base pour la consulter en vue de discussions avec le reste d'Ensemble à Gauche.

«En plus, il était question de discuter des fédérales de la fin d'année prochaine, relève Anaïs Timofte. Ils ont ajouté sans rien nous dire un point sur la complémentaire dans le canton de Vaud.» Se serait-elle rendue à la séance plénière si elle avait eu connaissance de ce point ? «Non, nous devions de toute manière consulter nos membres. Ils ne peuvent pas se réunir toutes les deux semaines!»

Il est à noter que les différentes composantes de la gauche radicale forment un groupe au Grand Conseil, avec cinq députés. Ceux-ci se voient donc presque tous les mardis. La coalition est aussi notamment présente au Conseil communal de Lausanne.

Sûr qu'Ensemble à Gauche aura de quoi discuter de tout cela ce mercredi soir, puisqu'une séance est prévue, à laquelle le POP a prévu de se rendre. Et la conférence de presse de jeudi ? Le parti ouvrier aura-t-il décidé de se joindre à l'annonce du candidat ? «Ce n'est pas exclu», dit la vice-présidente cantonale. (24 heures)

Créé: 05.12.2018, 20h13

Articles en relation

Deux mois pour trouver un successeur à Pierre-Yves Maillard

Election complémentaire La section vaudoise du PS ouvre les candidatures internes pour le Conseil d'Etat. La candidate, ou le candidat, sera désigné le 19 janvier. Plus...

Maillard s’en va: et maintenant, que va-t-on faire?

Succession Le Canton connaîtra une élection complémentaire ce printemps. La socialiste Rebecca Ruiz a un boulevard devant elle, mais la campagne sera animée, à quelques mois des fédérales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...