Passer au contenu principal

Une cave high tech pour bichonner les vins de Pully

La production et le stockage des crus de la Commune sont centralisés à Rochettaz pour 2,7 millions de francs

Le vigneron de la Commune de Pully, Basile Aymon, dans la nouvelle cuverie d'une capacité de 65 000 litres. Une pompe à chaleur centrale permet de thermoréguler la température des cuves, indépendamment les unes des autres.
Le vigneron de la Commune de Pully, Basile Aymon, dans la nouvelle cuverie d'une capacité de 65 000 litres. Une pompe à chaleur centrale permet de thermoréguler la température des cuves, indépendamment les unes des autres.
PATRICK MARTIN

C’est à l’arrière des terrains de foot de Rochettaz, dans un ancien cantonnement militaire, que les millésimes de la Commune de Pully mûrissent désormais. Unique propriétaire encaveur du territoire, les autorités pulliéranes ont inauguré avec fierté, la semaine dernière, la nouvelle cave.

Dix-huit mois de travaux ont transfiguré les locaux cédés par l’armée (500 m2). L’investissement de 2,7 millions de francs permet de regrouper toutes les activités de production et de stockage des vins, auparavant dispersées sur neuf sites.

Au moment de voter le projet, en 2015, certains conseillers communaux avaient regretté le départ des cuves du prieuré, leur fief historique. «Il faut vivre avec son temps, réagit la municipale Lydia Masmejan. Prenez l’exemple des Cinque Terre. On a voulu figer les choses, au point que les villages se sont transformés en musées et que les vignes ne sont plus exploitées. Pour Pully, l’externalisation des activités viticoles et vinicoles est plus adéquate. Et cela libère des locaux au centre pour des projets prioritaires.»

Thermorégulation dernier cri

Le vigneron de la Commune, Basile Aymon, est emballé par sa nouvelle cave. Une pompe à chaleur régule la température de tout le bâtiment. «Chaque cuve est thermorégulée indépendamment des autres. On peut donc refroidir une cuve et réchauffer celle du dessus, selon les phases de vinification. La gestion de la température est un critère important pour la finesse des vins.»

La Commune, qui produit 30'000 litres par an, voit sa capacité de production doubler. Elle compte poursuivre la diversification de sa gamme, qui comprend aujourd’hui douze cépages et neuf vins différents. Pour promouvoir le tout, Pully vient de se doter d’un nouvel espace de vente et de dégustation au centre-ville, en face du prieuré.

La surface viticole de Pully s’étend sur quatre hectares. C’est sur le rouge que le vigneron de la Commune mise désormais. En 25 ans, la part occupée par le chasselas sur la commune est passée de 80% à 37%.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.