Cent mille prières tibétaines ont résonné face aux Alpes

Nos spiritualités méconnues (4/4)Le centre bouddhiste du Mont-Pèlerin est un bout d’Himalaya en terres vaudoises, rythmé par la vie du monastère et des célébrations qui attirent loin à la ronde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur l’esplanade du temple, des guirlandes de drapeaux de prière s’agitent dans le vent. Les sommets enneigés percent les nuages comme sur le toit du monde. Le chant des moines résonne dans un bourdonnement sourd. Nous sommes au Mont-Pélerin, au centre bouddhiste Rabten Choeling. En pleine période de l’Avent, ce petit bout de Tibet en terres vaudoises célèbre le Ganden Ngamtcheu avec une ferveur particulière. Cet important festival revient chaque année, mais cette fois, cela fait exactement 600 ans que le grand maître Djé Tsongkhapa Losang Dragpa a atteint l’éveil. Sur plusieurs jours, les moines, les résidents laïcs du monastère et les fidèles de passage prononceront 100'000 prières en tibétain pour apaiser les souffrances du monde.

Une vie pour l’étude

Dans la grande salle du temple, l’imposante statue dorée du Bouddha Shakyamuni observe la cérémonie qui vient de commencer à ses pieds et durera tout au long de l’après-midi. Assis au sol devant de petites tables basses, une dizaine de moines et une poignée de nonnes répètent les mêmes paroles à un rythme étourdissant, et n’interrompent leur marathon que pour boire en silence du thé salé au beurre. Le murmure sourd d’une trentaine de laïcs accompagne ce chœur d’hommes et de femmes, reconnaissables à leurs crânes rasés et leurs lourdes robes rouges et jaunes.

Martin Engstler connaît bien le centre pour y avoir vécu les vingt-cinq dernières années de sa vie. Dans le temple, il désigne une statue placée aux côtés du Bouddha derrière une grande vitrine. «Djé Tsongkhapa Losang Dragpa est ce personnage qui porte un bonnet pointu jaune. Il est le fondateur de l’école bouddhiste que nous suivons.» Il explique encore que les victuailles disposées sur deux longues tables sont des offrandes qui accompagnent les prières. Pour l’occasion, plusieurs personnes se sont relayées en cuisine pour préparer 100'000 petits pains pour autant d’invocations.

«C’est en visitant les monastères au Tibet que j’y ai reconnu quelque chose de familier»

Martin Engstler, Résident laïc du monastère depuis vingt-cinq ans

Ce cinquantenaire à la voix douce était encore jeune quand il a quitté son Autriche natale pour changer complètement d’existence. Il fait partie de la trentaine de laïcs qui vivent en permanence au centre du Mont-Pèlerin, tout comme les moines, à la différence qu’ils n’ont pas fait vœu de chasteté. Jour après jour, il se consacre à suivre les enseignements dispensés par les maîtres de la communauté. «Je viens d’une famille chrétienne et j’étais pratiquant, mais il me manquait quelque chose», se souvient-il. Le basculement est venu d’un voyage au Tibet, qu’il parcourait alors «pour l’aventure», sans rien connaître du bouddhisme. «C’est en visitant les monastères que j’y ai reconnu quelque chose de familier.»

De la Mongolie à la Russie

Comme Martin Engstler, ceux qui scandent les prières, ou viennent les écouter, sont parfois issus d’horizons qui n’ont rien à voir avec le Tibet. Dans le réfectoire du centre, une femme venue de Zurich explique qu’elle a prévu un séjour d’environ une semaine spécialement pour assister aux célébrations. «J’ai visité plusieurs temples, mais c’est ici que j’ai trouvé un enseignement qui me convient.» Pour cette Malaisienne d’origine chinoise, peu importe que le centre soit de culture tibétaine.

Helmut Gassner, l’un des premiers moines du monastère à sa création en 1977, est un Autrichien qui a découvert le bouddhisme alors qu’il étudiait à Zurich. Il égrène les nationalités qu’il a vues converger au Mont-Pèlerin au fil des années. «Il y a des Tibétains vivant en Suisse, des Français, des Roumains, des Mongols, des Tchèques...» Il glisse que des visiteurs d’Europe de l’Est arrivés récemment sont originaires de Russie, où la religion majoritaire d’une petite république des bords de la mer Caspienne est le bouddhisme tibétain.

Si l’ancrage du bouddhisme en Suisse doit beaucoup à l’accueil de réfugiés dans les années 60, les Tibétains ne se taillent pas la part du lion, ni parmi les visiteurs ni parmi les résidents. En cuisine, Yu Den se raconte un peu tout en préparant des petits pains. Installée à Berne depuis des années avec sa famille, elle est venue vivre au centre dès sa retraite. «Mes enfants? Oui, ils viennent au temple de temps en temps, mais c’est compliqué. Ils travaillent.»

Les maîtres qui dispensent les enseignements, ainsi qu’une partie des moines, ont néanmoins leurs origines au Tibet, comme le directeur du centre, Gonsar Rinpoché. Malade ce jour-là, le trône qu’il occupe en principe dans la salle du temple durant les prières reste vide. Mais un autre trône, un peu plus élevé, lui fait face, occupé par un homme d’une trentaine d’années. Martin Engstler explique cette hiérarchie: «Il est la réincarnation du fondateur du centre, qui était lui-même le maître de Gonsar Rinpoché. Il est destiné à prendre sa suite.» Sur le site internet du centre Rabten Choeling, l’on apprend qu’il a donné ses premiers enseignements au Mont-Pèlerin dès 10 ans. «Je le connais depuis qu’il est tout jeune», sourit Sylvie, une Suissesse vivant au monastère depuis vingt ans. «Il a un savoir impressionnant, mais ça ne l’empêche pas d’avoir des amis et d’aller au cinéma.»

Créé: 30.12.2019, 08h59

Politique et théologie créent un froid avec le dalaï-lama

Le bouddhisme est pratiqué en Suisse par 0,5% de la population, selon les statistiques de la Confédération. Dans le canton de Vaud, le centre tibétain Rabten Choeling du Mont-Pèlerin est l’une des douze communautés bouddhistes recensées en 2018 par le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC).

Réparties en trois différents courants du bouddhisme, elles comprennent notamment des communautés de traditions vietnamienne et thaïlandaise. Pas moins de six d’entre elles sont toutefois de tradition tibétaine, du courant vajrayana.

«L’essor du bouddhisme en Suisse coïncide avec un fort afflux de réfugiés tibétains dans les années 60, commente Eva Marzi, coauteure du recensement du CIC. C’est ce qui peut expliquer que la moitié des centres bouddhistes du canton sont tibétains, alors qu’il s’agit d’une tradition plus minoritaire dans le monde. Comparés à d’autres lieux de culte bouddhistes vaudois, ce ne sont toutefois pas toujours les plus fréquentés aujourd'hui.»

Le centre Rabten Choeling a été fondé en 1977 par Guéshé Rabten Rinpoché, un maître alors proche du dalaï-lama, établi jusque-là dans un monastère près de Zurich, le premier du genre en Suisse. Anne Ansermet, fille du chef d’orchestre Ernest Ansermet, a contribué à ce qu’il choisisse les bords du Léman pour y créer une communauté.

Aujourd’hui, les relations entre le centre du Mont-Pèlerin et le dalaï-lama ne sont toutefois plus au beau fixe. L’explication résiderait dans une controverse théologique concernant une divinité vénérée au Mont-Pèlerin, mais désavouée par le maître spirituel des Tibétains.

Helmut Gassner, l’un des moines, évoque quant à lui des tensions propres à la communauté tibétaine. «Nous sommes un centre religieux et nous refusons de prendre position sur le plan politique, même si l’on nous dit «si vous n’êtes pas pour nous, vous êtes contre nous», défend-il.

800 communautés spirituelles

C’est un chiffre que l’on n’imaginait sans doute pas. Il existe dans le canton de Vaud près de 800 communautés spirituelles, autrement dit des groupes de personnes qui se rassemblent en un même lieu pour pratiquer leur foi, donner corps à leurs croyances.

L’an dernier, le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC) présentait ce recensement inédit sur mandat de l’État de Vaud. Ce même CIC annonce pour le printemps prochain la publication d’un livre issu de ce travail statistique et sociologique.

«24 heures» est déjà allé à la rencontre de plusieurs des communautés parmi les moins connues en terres vaudoises. Une série de reportages à retrouver au complet sur spiritualites.24heures.ch

Articles en relation

Nos spiritualités méconnues

Série spéciale Selon un récent recensement, le Canton de Vaud compte près de 800 communautés spirituelles. 24 heures est allé à la rencontre de neuf d'entre elles. Plus...

Les Chaldéens font la messe dans la langue du Christ

Nos spiritualités méconnues (3/4) Fondée en 2017, après que Naseem Asmaroo, Irakien d’origine établi à Yvonand, a été ordonné prêtre, la Mission chaldéenne catholique compte environ 250 familles. Plus...

L’Église anglicane se plaît toujours sur la Riviera

Nos spiritualités méconnues (2/4) Sur neuf paroisses en Suisse, quatre sont vaudoises. Celle de St. John’s, à Territet, est l’héritière du goût britannique pour les rives du Léman au XIXe siècle. Plus...

Les chiites sortent de leur réserve grâce aux jeunes

Nos spiritualités méconnues (1/4) Avec des racines en Irak, au Liban, en Afghanistan ou en Macédoine, les chiites vaudois pratiquent un islam très minoritaire. La nouvelle génération joue l’ouverture. Plus...

Le bahaïsme se pratique au salon entre bons Helvètes

Nos spiritualités méconnues Ils s’appellent Perrinjaquet ou Morand et ont adopté la religion d’un prophète persan du XIXe siècle. Les bahá’ís sont une centaine dans le canton, organisés en assemblée dans trois villes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...