Le centre de Lausanne bientôt limité à 30 km/h?

TraficLa gauche lausannoise est unanimement en faveur d'une réduction de la vitesse en ville. La mesure serait testée entre 22h et 6h, dans un premier temps.

Image: Alain Rouèche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces prochains jours, des affiches jaunes vont fleurir en ville. Les trois partis de la coalition rose-rouge-verte vont vanter aux Lausannois les mérites de la réduction de vitesse au centre-ville. La question avait déjà échauffé les esprits lors de la présentation, à la fin de 2011, d’une motion enjoignant à la Municipalité de faire de la «petite ceinture» lausannoise une grande zone limitée à 30 km/h. Cette mesure s’appliquerait de nuit, entre 22h et 6h, dans un premier temps.

A peine cette proposition déposée, un comité d’opposition s’était créé. Selon le Comité «Non au 30 km/h généralisé à Lausanne», l’effet d’une telle mesure ne serait que peu perceptible sur le bruit et la pollution. C’est une étude, commandée pour l’occasion, qui le révélait.

Vendredi, les groupes socialistes, Verts et La Gauche ont tenu à démonter cette vision des choses. «Cette étude est truffée d’erreurs», estime Anne-Françoise Decollogny, élue socialiste et co-auteure de la motion. Tous les jours, sur chacun des axes formant la petite ceinture, la moitié des 15 000 à 22 000 voitures ne fait que transiter, sans s’arrêter à Lausanne. Entre ce constat et les exigences fédérales qui imposent une réduction du bruit et des émissions polluantes d’ici à 2018, les élus de gauche estiment qu’il est temps de freiner le trafic automobile.

Les élus lausannois pourraient en débattre mardi soir, si l’ordre du jour du Conseil communal le permet. Au vu des forces en présence, les trois partis majoritaires devraient imposer leurs vues. Ils espèrent voire la Municipalité introduire cette mesure dans le futur Plan directeur général, actuellement en phase d’élaboration.

Autrefois pensée comme une route de contournement, la petite ceinture passe par la Gare, Georgette, Caroline, le Tunnel, la Riponne, Vinet, Beaulieu, le pont Chauderon et Ruchonnet. Aujourd’hui asphyxiée, la zone délimitée par ce périmètre est aussi le lieu de vie de quelque 15 000 habitants. Une partie d’entre eux avait, par le passé, déjà fait savoir leur ras-le-bol par le biais de pétitions.

Créé: 22.03.2013, 15h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.