Plutôt que des ceps, parrainez une barrique!

Vins vaudoisÀ Chexbres, Constant et Sophie Jomini ont toujours une idée d’avance pour promouvoir leurs vins. La dernière allie plaisir et formation.

Constant Jomini dans son chai de 80 barriques, construit en pentagramme, avec le premier tonneau parrainé, ici offert à Lavaux Patrimoine mondial.

Constant Jomini dans son chai de 80 barriques, construit en pentagramme, avec le premier tonneau parrainé, ici offert à Lavaux Patrimoine mondial. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faut laisser Constant Jomini expliquer, il aime tellement cela. Le plus communicateur des vignerons de Chexbres — Blaise Duboux est, lui, à Épesses — aime parler de son métier avec passion. Avec des touristes de passage, avec des clients, dans des ateliers, dans sa vigne, dans sa nouvelle cave au coeur du village. Et comme il rivalise d’idées avec sa femme, Sophie, qui travaille avec lui, ils ont multiplié les occasions de le faire, et par là même les façons de vendre leurs vins (lire encadré).

La dernière initiative vient cette fois de Constant: faire parrainer les barriques de son nouveau chai. «Depuis que je suis sorti de Changins, j’ai toujours aimé travailler le vin sous bois. En 1999, mes parents me disaient que j’étais fou quand je suis arrivé avec mes deux premières barriques au moment de reprendre le domaine. Eux produisaient pinot noir et gamay de manière confidentielle, environ 7000 bouteilles par année.»

Rencontre exclusive

L’idée de cette nouvelle offre est simple: l’amateur choisit la durée (de 2 à 4 ans) et le nombre de bouteilles qu’il souhaite recevoir chaque année. Il devient ainsi «propriétaire» du contenant, qu’il pourra récupérer ensuite pour en faire une table de jardin, un tabouret de carnotzet ou ce qu’il veut. Mais, surtout, il est convié chaque année à un atelier exclusif avec une dizaine de personnes de son choix. «Ça pourra être sur les types de cépages, sur l’assemblage, sur le travail de la barrique, ou la participation à la mise en bouteilles, par exemple, explique le vigneron. L’important, c’est de pouvoir communiquer avec eux dans un moment exclusif, privilégié. Il faut qu’on intéresse les gens aux incroyables produits qui existent chez nous, apprendre, enseigner. C’est une manière aussi de fidéliser les gens.»

C’est là que la passion rencontre l’art de vendre ses bouteilles. «On ne peut plus se permettre d’attendre. C’est un travail de longue haleine. La promotion est devenue primordiale dans notre métier.» Depuis 1997, les Jomini proposaient de parrainer trois ceps à Lavaux, donnant droit à des bouteilles et une dégustation à la cave. «La première année, on avait envoyé un mail à nos 500 clients enregistrés pour proposer une soirée caves ouvertes. On n’était même pas dix», sourit celui qui en organise aujourd’hui plus d’une vingtaine par année pour ses propriétaires de ceps. Sans les chercher, ils sont entre 150 et 180 nouveaux chaque année à prendre l’offre. «On a beaucoup de chance d’avoir une clientèle fidèle. Les efforts qu’on fait depuis une quinzaine d’années paient aujourd’hui.»

Nouvelle cave

Les Jomini ont également construit une nouvelle cave moderne et homogène, qui leur permet de recevoir les gens au coeur même de la production, travaillant par gravitation. L’aventure a été compliquée mais, aujourd’hui, l’outil est à la hauteur. Et, bien sûr, en son centre, le chai à barriques en impose. Construit autour du pentagramme ou du pentagone, qui rappelle les cinq sens autour du vin, la cave contient donc 80 barriques comme un beau décor de conférences.

«En fait, tout est parti de là, quand j’ai commencé à faire le Jomini Barrique. On a choisi une étiquette noire, très sobre, à contre-courant de ce qui se faisait à l’époque où tout était chamarré. L’étiquette a tellement plu qu’elle a donné la ligne à toutes les autres, sauf celle du Mur Blanc historique.»

Créé: 20.12.2019, 10h00

Vingt ans de promotion

Les Jomini ont toujours des propositions pour leurs clients. Tout a commencé par la proposition des Trois Ceps à Saint-Saphorin. Pour 340 ou 400 francs, on devient propriétaire de trois ceps pendant quatre ans, avec certificat, on reçoit leur production annuelle et on est invités à une dégustation et à une visite de cave avec trois personnes de son choix.

En 2005, la grêle a durement touché Lavaux et le domaine de quatre hectares. Constant décide de vendre des bouteilles du millésime 2004 à 100 francs, avec la garantie de recevoir un carton du même vin millésime 2006, histoire de se faire une trésorerie. «Je pensais en vendre 100, j’en ai placé 750, une vraie histoire de fidélité.»

En 2009, voici Eco-Lavaux, un vin à l’étiquette genre consommation énergétique, avec une bouteille venue de Saint-Prex, un carton fabriqué à Moudon, une étiquette non blanchie au chlore et un bouchon d’aggloméré. Plus local, tu meurs. D’autant que 1% de la vente était reversée à une association. «On a un peu arrêté mais on va s’y remettre.»

Constant Jomini a également suivi les cours pour être labellisé Œnotourisme vaudois et collabore avec Montreux Riviera.

Sophie, elle, a sorti le Jomini Event, un ensemble de deux, quatre ou six bouteilles portant un chiffre à choix qui peut rappeler un anniversaire ou une date importante personnalisable.

Tout ça pour travailler aujourd’hui avec 80% de clientèle privée et 20% de restaurant, sans passer par les grossistes. Et le domaine travaille en famille, avec les parents et les beaux-parents qui donnent un coup de main, avec le retour des deux fils encore en formation viticole.

Articles en relation

La vigne idéale de Pierre-André Jaunin est fleurie et en gobelet

Viticulture Le vigneron bio de Chexbres cultive ses 1,4 ha en gobelet. Une méthode délaissée qui, selon lui, donne de meilleurs vins Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.