Passer au contenu principal

Chailly, un quartier accroché à son âme villageoise

Chailly, vu par notre dessinateur Lionel Portier.
Chailly, vu par notre dessinateur Lionel Portier.
Genette Lasserre (à g.) et Catherine Proteau Bourquard à la Maison de quartier, qui organise à Chailly un grand nombre d'activités depuis 2008
Genette Lasserre (à g.) et Catherine Proteau Bourquard à la Maison de quartier, qui organise à Chailly un grand nombre d'activités depuis 2008
Chloé Banerjee-Din
Bernard Rosset, qui a fondé le garage «Chez M'sieur Bôôf» en 1977.
Bernard Rosset, qui a fondé le garage «Chez M'sieur Bôôf» en 1977.
Chloé Banerjee-Din
1 / 4

Ces temps-ci, le visiteur qui arrive à Chailly est accueilli par des bruits de chantier parfaitement déchirants. Le bâtiment de la Migros qui trône sur le rond-point est en pleins travaux. Mais il en faut plus pour troubler la quiétude des gens du cru, qui continuent leur va-et-vient entre les commerces locaux. A croire qu’ils ont l’habitude. De fait, la réfection de l’avenue de Chailly vient de s’achever après deux ans de travaux, mais reste dans tous les esprits. «On s’est sentis dépossédés du quartier!» explique Guy Gaudard, conseiller communal lausannois dont l’entreprise d’électricité donne sur ladite avenue.

Mais d’autres se souviennent surtout de la fête populaire qui, en septembre, a rassemblé les Chaillérans pour «se réapproprier l’endroit», comme le dit Catherine Proteau Bourquard. Cette infirmière qui travaille au CHUV, à deux pas de là, est installée à Chailly depuis dix ans et ne tarit pas d’éloges sur la capacité des habitants à se rassembler, par exemple autour d’un tel événement. «Ici, les gens se parlent», commente-t-elle. Attablée dans le hall de la Maison de quartier, elle raconte aussi comment, Canadienne d’origine, elle ne réfléchit plus à deux fois avant de dire qu’elle est d’ici. Son explication est toute simple: «Chailly est comme un village. Il y a vraiment cet esprit qui fait que je peux me sentir chez moi.» Genette Lasserre, qui l’accompagne, renchérit: «Il n’y a pas si longtemps, c’était la campagne ici. Et on le sent encore.» Mandatée comme responsable de la Maison de quartier, elle habite Chailly depuis cinq ans et apprécie de pouvoir profiter du meilleur de deux mondes: «Mon appartement donne sur un verger. C’est rare dans une ville. Et, en même temps, je suis à quelques minutes de Saint-François».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.