Le chantier sans fin de Bel-Air perd son permis

UrbanismeCommencés en 2011, les travaux n’ont jamais abouti. Lausanne sonne la fin du chantier. Un recours n’est pas exclu.

L'immeuble en travaux, vu de la place Bel-Air.

L'immeuble en travaux, vu de la place Bel-Air. Image: FLORIAN_CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est peut-être l’épilogue d’un dossier qui dure depuis dix ans déjà. La Municipalité de Lausanne annonce avoir retiré le permis de construire au propriétaire de l’immeuble de Bel-Air 4, à l’angle de la place du même nom et de la rue Mauborget. Un édifice qui, à terme, devait abriter un centre commercial sur quatre niveaux.

Les autorités demandent également que le site soit remis en état. «Par ces décisions immédiatement exécutoires, la Municipalité entend signifier fermement son opposition à une situation persistante et dommageable notamment vu la localisation du chantier et son ampleur.»

Le permis de construire a été délivré à la société propriétaire des parcelles, Swiss Investment Concept, en 2010. Le chantier a commencé l’année suivante, mais il s’est vite enlisé. «Les travaux n’ont jamais progressé de manière sensible, malgré une mise en demeure adressée au propriétaire l’an dernier», poursuit la Municipalité. Un dossier devenu politique, le conseiller communal socialiste Benoît Gaillard ayant déposé une interpellation urgente à ce sujet en mai dernier. «Le propriétaire danse sur le ventre des autorités», déplorait l’élu. Pis: de petits entrepreneurs réclamaient des centaines de milliers de francs de travaux impayés.

De guerre lasse, les autorités ont adressé une lettre comminatoire assortie d’une menace de retrait de permis et d’un ordre de remise en état aussi en mai dernier, sommant le propriétaire de fournir une série de documents, notamment des plans d’exécution valables et un planning des travaux. «En parallèle, nous avons effectué une visite de chantier avec un architecte indépendant. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les travaux déjà effectués ne l’ont pas été dans les règles de l’art», confie Natacha Litzistorf, municipale du Logement, de l’Environnement et de l’Architecture.

Outre le retrait du permis de construire, le propriétaire doit remettre le site en état. «Il doit non seulement enlever les palissades pour une question d’esthétique, mais il doit aussi sécuriser le site et le rendre inaccessible. Mais ce ne sont pas des travaux vraiment importants», détaille la municipale. Si le propriétaire n’entreprend rien, la Ville s’en chargera et lui adressera la facture, pour autant que la société soit solvable. Il peut également recourir contre la décision de la Municipalité de lui retirer le permis de construire. «Nous allons en effet analyser la décision des autorités et certainement la contester», annonce déjà Laurent Dubuis, avocat de Swiss Investment Concept.

Créé: 23.08.2019, 15h28

Articles en relation

La «verrue» de Bel-Air agace

Lausanne La Municipalité, qui suit de près ce chantier interminable, fait un point de situation Plus...

Lausanne: la «verrue» de Bel-Air se retape au ralenti

Urbanisme Voilà six ans que les travaux ont débuté dans le bâtiment jadis occupé par la BCV. Le centre commercial se fait désirer. Plus...

La Ville n’est pas au bout de ses peines avec Bel-Air

Chantier La Commune examine les documents remis in extremis par le propriétaire. À Mont-sur-Rolle, un cas similaire laisse augurer du pire. Plus...

Un proprio mène Lausanne en bateau depuis 10 ans

Construction Des petits entrepreneurs réclament des centaines de milliers de francs de travaux impayés au propriétaire de deux immeubles en chantier à Bel-Air. Comment en est-on arrivé là? Plus...

Chantier de Bel-Air: le permis pourrait être retiré le 30 juin

Construction Natacha Litzistorf a annoncé mardi soir qu’en cas d’absence des documents nécessaires au 30 juin, la Ville retirera les autorisations de la «verrue» de Bel-Air Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...