Passer au contenu principal

Chavannes-près-Renens ou le risque de la cité-dortoir

Pour la commune de l’Ouest lausannois, il faut relever le double défi de trouver un centre géographique et de maîtriser des finances encore fragiles malgré les efforts consentis.

Le taux d’abstention lors des élections communales à Chavannes-près-Renens figure parmi les plus élevés du canton. Lors du dernier rendez-vous de ce type, en 2011, seuls 21,49% des Chavannois et Chavannoises avaient glissé leur bulletin dans l’urne. Et c’était encore moins glorieux en 2012, lorsqu’il a fallu élire une municipale après une démission en cours de mandat. De là à dire que les habitants de cette commune de l’Ouest lausannois ne s’intéressent pas à la politique, il y a un pas que l’on pourrait franchir. Sauf que lors de la dernière votation communale, en 2014, ils étaient près de 50% à avoir participé au scrutin, qui avait approuvé la création d’un nouveau quartier avec une tour – les Cèdres. Manifestement, tous les sujets n’ont pas le même intérêt pour les citoyens de cette quasi-ville de 7200 âmes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.