Le chercheur qui fait marcher les rats paraplégiques

InnovationGrégoire Courtine installe son labo à l’EPFL le mois prochain. Après avoir redonné une mobilité à des rats paralysés, il s’attaque aux hommes

A 37 ans, Grégoire Courtine a acquis une renommée internationale.

A 37 ans, Grégoire Courtine a acquis une renommée internationale. Image: Gérald Bosshard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les victimes de paralysie, l’espoir porte un nom: Grégoire Courtine, 37?ans. Ce brillant chercheur à la renommée internationale a quitté la Faculté de médecine de Zürich pour un poste de professeur associé en Sciences de la vie à l’EPFL. Son bureau lausannois est encore vide. Le «G Lab», son équipe de 15?personnes surnommée ainsi en référence à son prénom, œuvre toujours à Zürich. «Ils arrivent début mars», sourit le Français, qui aligne les allers retours entre les deux campus.

Si les recherches du scientifique sur les neuroprothèses passionnent, c’est qu’elles visent à redonner de la mobilité aux paralysés. «Notre objectif n’est pas de guérir les lésions de la moelle épinière, insiste Grégoire Courtine. Mais si nous arrivons à améliorer la qualité de vie des paraplégiques, ce serait déjà bien.» Et c’est bien parti: sa méthode a permis à un jeune américain de retrouver l’usage de ses jambes.

Une semaine après l’implantation d’électrodes sur sa moelle épinière, l’ancien athlète pouvait se tenir debout. Six mois plus tard, il bougeait ses membres inférieurs de façon volontaire. «C’est cela qui est incroyable!, insiste le docteur Courtine. C’est la première fois au monde qu’on voit la récupération d’un mouvement volontaire chez un patient paralysé.»

Son équipe espère implanter un patient Suisse cette année à Zürich. Au total, 5?personnes participeront au premier essai clinique; elles seront opérées et traitées sur une durée de deux à trois?ans. «L’idée est de débuter le même processus à Lausanne en parallèle», précise Grégoire Courtine. ?

Créé: 16.02.2012, 15h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.