Cherchez vos aïeux dans cet index en ligne

LausanneLes Archives donnent accès à une série de documents historiques dont le recensement des habitants de la ville dès 1804

Dès 1804, la police fait du porte à porte pour réaliser deux recensements par an. Il n’existe pas, à l’époque, de contrôle des habitants. Le document ci-dessus date de 1896. On y apprend par exemple qu’il y avait 662 habitants à la rue Mercerie, dont 264 Vaudois et 38 Bourgois. À gauche: l’index des familles. Il est possible de faire une recherche par noms qui passe au crible l’ensemble de ces fichiers

Dès 1804, la police fait du porte à porte pour réaliser deux recensements par an. Il n’existe pas, à l’époque, de contrôle des habitants. Le document ci-dessus date de 1896. On y apprend par exemple qu’il y avait 662 habitants à la rue Mercerie, dont 264 Vaudois et 38 Bourgois. À gauche: l’index des familles. Il est possible de faire une recherche par noms qui passe au crible l’ensemble de ces fichiers Image: ARCHIVES DE LA VILLE DE LAUSANNE DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les documents historiques mis en ligne par les Archives de la Ville en vue de faciliter la vie des chercheurs pourraient intéresser les Lausannois de souche et tous ceux dont la famille a résidé dans la capitale vaudoise.

Ils donnent accès à des sources qui remontent parfois au Moyen Âge. On y trouve le Traité sur les bois (encadré) – premier effort de rationalisation de l’entretien des forêts –, les rapports de gestion de la Municipalité (dès 1847), les comptes de la Ville et les recensements de la population de 1804 à 1910 environ.

Madame Pache, née Smit

Attardons-nous sur ces recensements (photo d'illustration), incroyables listes de patronymes mentionnant rue par rue l’adresse, l’âge des membres de la famille, les métiers et les origines. «Il y avait deux recensements par an, explique Frédéric Sardet, chef du Service bibliothèques et archives. Les policiers passaient dans les ménages.» Un fichier nominatif faisant office d’index permet de localiser un habitant et de savoir dans quelles pages de quel recensement il apparaît. En cherchant par exemple «David Pache», on découvre qu’en 1807, un vigneron originaire d’Épalinges portant ce nom vivait dans la maison du propriétaire Regamey, faubourg de Martheray 6, avec sa femme, née Smit, et leurs quatre enfants.

Cette immense cartothèque a été établie dans les années 1930 par des chômeurs victimes de la crise, engagés pour des travaux d’intérêt public.

«La recherche d’un nom n’est pas toujours évidente, prévient Frédéric Sardet. Je pense aux veuves: parfois elles gardent dans les registres le nom de Monsieur, parfois elles portent leur nom de jeune fille. Il y a aussi la question de la transcription des noms étrangers. Jung peut devenir Lejeune, par exemple.»

Les Archives mettent aussi en ligne, pour la première fois, les décisions du tribunal des mœurs: le Consistoire de Lausanne du XVIIIe. «Ce tribunal religieux a été mis en place par la Réforme pour veiller au respect des règles de bienséances, des rites religieux et du code vestimentaire», précise Frédéric Sardet. Les comptes rendus regorgent d’histoires croustillantes, comme ce Lausannois sommé de demander en mariage la mère de son enfant ou cette femme qui vient s’accuser d’adultère avec un valet de vignes et souhaite divorcer d’un époux qui la néglige.

Traité sur les bois Ce traité de 1772 dresse pour la première fois l'état de santé de la forêt. «Il s'agit de voir comment assurer sa pérennité et renouveler les essences, indique Frédéric Sardet. La préoccupation est économique: le bois est une source majeure de revenus pour la collectivité publique.»

Vie des autorités Les procès-verbaux des séances de la Municipalités depuis 1368 sont désormais consultables en ligne. Jusqu'au XVIe siècle, ils sont en latin, puis en moyen français. Sur ce PV «récent» de 1901, on constate que les autorités sont déjà organisées en sections (police, finances, école, travaux, ...).

www.lausanne.ch/archives-en-ligne (24 heures)

Créé: 19.12.2018, 18h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.