Cinq ans de travaux pour faire du LEB un véritable RER

Transports publicsLe Canton et le Confédération investiront 300 millions de francs pour offrir à la compagnie ferroviaire «les infrastructures qu'elle mérite».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes victimes de notre succès.» Responsable de l’unité LEB (Lausanne - Echallens - Bercher) au sein des TL (Transports publics lausannois), Daniel Leuba n’y est pas allé par quatre chemins hier matin lors de la cérémonie de la pose de la première pierre du nouveau viaduc de Cery - Fleur-de-Lys. «Notre ponctualité et notre information à la clientèle doivent encore être améliorées de façon sensible.» Pour y parvenir, le Canton et la Confédération vont investir 300 millions dans la compagnie ferroviaire, qui a encore vu sa fréquentation croître de 7,5% l’an passé. Résultat: cinq ans de travaux et des chantiers tout au long de la ligne.

«Je comprends les voyageurs qui rouspètent contre les retards à répétition, a avoué la conseillère d’Etat Nuria Gorrite. Le LEB a certainement grandi trop vite. Mais il faut aller de l’avant et lui offrir maintenant les infrastructures dignes du véritable RER qu’il est devenu.» Se félicitant de l’unité retrouvée autour de la destinée de la ligne, la cheffe du Département des infrastructures a rappelé que sa fréquentation a augmenté de 53% en dix ans en en faisant le chemin de fer régional le plus fréquenté du canton.

Le chantier fêté à Cery - Fleur-de-Lys permettra aux convois de gagner neuf secondes à chaque passage, mais surtout, il supprimera un passage à niveau cause de nombreuses frayeurs ces dernières années. En remontant la ligne vers le Nord, le passage à niveau du Lussex sera aussi supprimé d’ici deux ans.

Rames supplémentaires

L’an prochain un croisement sera construit aux Ripes, entre Cheseaux et Etagnières, pour permettre l’instauration de la cadence à quinze minutes jusqu’à Echallens. Sa longueur de 900 mètres permettra des croisements «volants», donc sans arrêt total obligatoire des trains; histoire de gagner là aussi quelques précieuses secondes. Enfin, les travaux de réfection de la gare d’Assens, avec création d’un second quai, ont déjà débuté.

Bien que nécessaires, ces travaux spectaculaires ne seront toutefois pas les plus efficaces pour garantir la stabilité de l’horaire. La suite de l’automatisation des systèmes de sécurité de la ligne d’ici à 2018 – d’abord entre Cheseaux et Echallens, puis jusqu’à Bercher - devrait nettement contribuer à réduire les problèmes.

Le renouvellement de la sous-station de Vernand permettra aussi de doubler la puissance électrique, afin de pouvoir répondre aux besoins lors des pics d’utilisation des heures de pointe. Une nécessité en vue de la mise en service de quatre rames supplémentaires en 2017 et trois de plus l’année suivante.

Tunnel en vue

Enfin, la réalisation du tunnel sous l’avenue d’Echallens à l’horizon 2020 sera l’amélioration la plus conséquente pour le confort des voyageurs et celui des riverains. Il contribuera aussi grandement à améliorer les conditions de travail des cheminots. Nuria Gorrite a d’ailleurs tenu à les remercier publiquement «pour tous leurs efforts dans le but de faire arriver les trains à l’heure malgré les difficultés actuelles».

(24 heures)

Créé: 30.04.2015, 14h48

Transports contre agriculture

Actuellement à l’enquête, le croisement des Ripes entre Cheseaux et Etagnières se heurte à la loi sur l’aménagement du territoire. Les surfaces prises sur les champs doivent être compensées, mais les communes concernées ne le peuvent pas.

«Nous prendrons donc sur les réserves cantonales, assure Nuria Gorrite. Nous devrons vraisemblablement le faire aussi pour le croisement de Vuitebœuf de l’Yverdon - Sainte-Croix et pour le futur nouveau dépôt du Nyon - Saint-Cergue.» Contrairement aux deux autres, ce dernier projet pourrait prendre quelques mois de retard à cause de cette problématique. «Mais ça ne retardera pas l’amélioration de l’offre pour les passagers. Il faudra seulement que les nouvelles rames dorment quelque temps sous la pluie.»

Sur le fond, la cheffe du Département des infrastructures déplore les contradictions de la Berne fédérale. «Protéger les terres agricoles est un objectif noble. Mais il n’est pas possible de bloquer les projets, alors qu’on nous demande en même temps de développer les agglomérations et donc les transports publics. C’est pour cela que le Conseil d’Etat demande à la Confédération que la loi sur l’aménagement du territoire, dont la 2e révision est en cours, prévoie des exceptions, notamment pour les infrastructures des transports publics.»

En attendant, la problématique, complexe, devra être intégrée à chaque nouveau projet. Et l’utilisation de la réserve cantonale sera traitée au cas par cas.

Articles en relation

Le LEB s'active pour augmenter ses cadences

Infrastructures Le doublement des voies entre Etagnières et Cheseaux - qui permettra l’introduction de la cadence quinze minutes jusqu’à Echallens - est à l’enquête. Plus...

Projet de couvert à trains à la gare d’Echallens

Transports publics La compagnie du Lausanne-Echallens-Bercher soumet à l’enquête publique un projet de couverture de cinq voies de garage existantes. Plus...

Le LEB a cessé de siffler au passage de la Fleur-de-Lys

Prilly Depuis la fermeture du passage à niveau, les riverains et les pendulaires commencent à voir leur quartier différemment. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...