Passer au contenu principal

Cinq millions pour le Pôle muséal et l'Agora-Centre du cancer

La Fondation Leenaards fait un don de 2,5 millions pour chacun des deux projets de la capitale vaudoise.

La Fondation Leenaards offre 2,5 millions pour offrir une seconde vie aux arcades. Situées en face du MCBA, elles accueilleront à terme des établissements publics, ateliers ou échoppes.
La Fondation Leenaards offre 2,5 millions pour offrir une seconde vie aux arcades. Situées en face du MCBA, elles accueilleront à terme des établissements publics, ateliers ou échoppes.
DR

C'est à un moment «décisif» de deux initiatives innovantes pour l'ensemble de la région lémanique que la Fondation Leenaards a décidé d'apporter son soutien. Elle procède à un don de 2,5 millions en faveur du Pôle muséal. La même somme est offerte à l'Agora-Centre du cancer.

En s'impliquant de la sorte, la fondation «sort un peu de ses principes», a reconnu mercredi son président Michel Pierre Glauser. Elle va en effet financer des infrastructures, ce qui ne relève pas de son cahier des charges habituel.

Seconde vie pour les arcades

Pour le pôle muséal, l'argent servira à la réhabilitation de 14 arcades situées derrière le futur Musée des Beaux-Arts. C'est un espace fermé qui va s'ouvrir. Il sera un véritable trait d'union entre la ville et le musée, a expliqué Olivier Steimer, président de la Fondation de soutien pour la plate-forme Pôle muséal.

Ces arcades ne seront «pas commerciales», mais «tout reste à inventer», a ajouté Olivier Steimer. Pour l'Agora près du CHUV, les 2,5 millions seront consacrés à la création d'un forum. L'espace permettra des échanges informels et conviviaux dans un centre qui réunira les spécialistes de divers horizons dans la lutte contre le cancer, a noté Yves Paternod, président de la Fondation Isrec.

Moins d'argent

Olivier Steimer s'est félicité du retour de la Fondation Leenaards dans le projet du musée. «C'est un signe très fort», selon lui. Pour mémoire, la fondation s'était engagée à apporter 10 à 15 millions de francs dans le projet de Nouveau Musée des Beaux-Arts à Bellerive que les Vaudois ont refusé dans les urnes en novembre 2008.

Michel Pierre Glauser a admis que la crise financière mondiale de 2008 était passée par là entre-temps. La fondation ne dispose plus des mêmes moyens qu'à l'époque et son engagement de 2,5 millions se veut «réaliste en termes financiers».

ATS

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.