Claude-Alain Voiblet pour sauver l’UDC Lausanne

Elections communalesLe parti veut sortir de sa crise. Il a désigné l’élu pour la Municipalité et lui a offert la présidence de la section à l’unanimité.

Pierre Oberson (à g.) est le nouveau vice-président de l’UDC Lausanne. Anita Messere et Claude-Alain Voiblet sont en lice pour la Municipalité.

Pierre Oberson (à g.) est le nouveau vice-président de l’UDC Lausanne. Anita Messere et Claude-Alain Voiblet sont en lice pour la Municipalité. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’UDC était le dernier parti présent au Conseil communal de Lausanne à n’avoir pas fait son choix pour les élections communales du 28 février prochain. Voilà qui est fait. Et c’est Claude-Alain Voiblet qui incarne les espoirs.

Le parti, réuni lundi soir en assemblée, se lancera dans la course à la Municipalité avec un ticket mixte. Anita Messere, responsable de la communication en Suisse romande pour l’initiative Ecopop, fera la course aux côtés de Claude-Alain Voiblet. Ils ont été désignés à l’unanimité.

Pas de rapprochement avec le PLR

«Si nous arrivons aussi tard, c’est pour plusieurs raisons, explique Claude-Alain Voiblet. D’une part, nous pensions que c’était d’abord aux partis présents à la Municipalité de s’avancer. Et il est aussi vrai que nous avons cherché jusqu’au bout un rapprochement avec le PLR.» Le rapprochement n’a pas eu lieu. «Nous avons montré notre bonne volonté en soutenant Olivier Français pour le Conseil des Etats. Il faut bien voir que dans certaines grandes communes, la majorité de gauche est forte juste parce que la droite n’arrive pas à s’entendre!» Le deuxième tour devrait voir le front de droite afficher un visage plus uni. «La situation pour cette élection est favorable à un rééquilibrage gauche-droite, avec trois municipaux qui ne se représentent pas.» Claude-Alain Voiblet table sur un deuxième tour sans les sortants, réélus au premier tour.

L’UDC occupe actuellement 14 sièges au Conseil communal. Elle espère en obtenir 18 fin février. «Nous présenterons 50 personnes, dont cinq ou six étrangers», explique Claude-Alain Voiblet. Pour l’heure, 35 candidats sont validés. L’UDC peine-t-elle à recruter? «Non, cet état de fait est davantage lié au problème de gouvernance de la section.»

«Deux ans de flottement»

La section a en effet profité de son assemblée pour mettre de l’ordre dans son organisation, dont la dernière crise date de cet été. «Nous avons eu plus de deux ans de flottement, admet Claude-Alain Voiblet. Mais nous avons décidé de reprendre les choses en main et de faire de la politique et pas de la chamaillerie. Point final.» L’élu communal et cantonal, déjà vice-président du parti suisse, a été mis à la tête de cette section. Il l’avait déjà dirigée entre 2005 et 2011.

Le député et conseiller communal Jean-Luc Chollet assurait l’intérim à la présidence depuis «quelque temps». Il se dit «heureusement surpris de voir le nombre et la qualité apparente des candidats» au Conseil. Un tiers sont des femmes. «L’électorat urbain est plus féminin», souligne Claude-Alain Voiblet.

En tête de ces candidates, Anita Messere, qui a rejoint le parti vendredi dernier, semble déterminée à faire entendre le message Ecopop. «Plus que jamais», dit celle qui reste d’ailleurs membre de son organisation. «Mais l’UDC est le seul grand parti qui partage notre volonté de maîtriser l’immigration. J’adhère à la section lausannoise, qui a une sensibilité environnementale plus développée que celle de Zurich, par exemple.» (24 heures)

Créé: 22.12.2015, 13h31

Anita Messere

Anita Messere a 41 ans, elle est née à Lausanne et vit à la Cité depuis dix-neuf ans. Célibataire et sans enfants, elle est connue pour son activité intense lors de l’initiative Ecopop, association dont elle est membre depuis 2009. La candidate a adhéré vendredi dernier à l’UDC lausannoise. Elle a suivi une formation d’architecte, puis les Beaux-Arts et la HEP. Elle est actuellement élève pilote d’avion. Et aimerait ensuite maîtriser l’hélicoptère.

Claude-Alain Voiblet

Claude-Alain Voiblet a 52 ans. Marié et père de 4 enfants, il est ingénieur de formation, mais la coordination politique occupe la plupart de son temps. Membre de l’UDC depuis plus de trente ans, il en est vice-président suisse depuis quatre ans. Il a aussi été député au Grand Conseil bernois de 1990 à 2002, puis au parlement vaudois depuis 2011. Il est entré au Conseil de Lausanne en 2007. Il est aussi coordinateur des campagnes romandes de l’UDC, en 2007, 2011 et 2015.

Articles en relation

Lausanne: SolidaritéS lance deux candidats à la Municipalité

Elections communales 2016 «La gauche sans concession» s’appuiera sur le référendum contre la feuille de route fiscale vaudoise pour la campagne des communales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...