Les clients à la rescousse de l’épicerie bio d’Echallens

Gros-de-VaudL’annonce de la fermeture a provoqué un électrochoc, entraînant un prêt sans intérêt et la constitution d’une association de soutien.

Grâce au soutien de leurs clients, Alexia et Michel Baeriswyl ne seront pas contraints de fermer les portes de leur épicerie bio à Echallens.

Grâce au soutien de leurs clients, Alexia et Michel Baeriswyl ne seront pas contraints de fermer les portes de leur épicerie bio à Echallens. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alexia et Michel Baeriswyl n’en reviennent toujours pas. Alors qu’ils s’étaient résolus à fermer leur épicerie bio à Echallens le 29 février dernier, une double initiative est tombée du ciel: un de leur client leur a fait un prêt sans intérêt et d’autres ont décidé de créer une association de soutien. Résultat, le commerce est resté ouvert et les nuages qui s’amoncelaient sur son avenir ont disparu. «Nous vivons un conte de fées en vrai!» s’émerveille le couple.

L’aventure avait débuté en 2009. Quittant son métier de travailleur social, Michel Baeriswyl installait dans l’ancienne laiterie du village une épicerie de produits bio, locaux, vegan ou sans gluten. Une reconversion en partie motivée par les difficultés à trouver des produits adaptés aux intolérances alimentaires d’une de ses propres filles. Mais à peine avait-il trouvé sa vitesse de croisière que la Commune débutait des travaux routiers. Barrières, camions et pelles mécaniques eurent vite fait de faire fuir les clients. Avec un chiffre d’affaires en baisse de 30%, le commerçant n’a eu d’autre choix que de se séparer de sa vendeuse à 80%.

Les travaux se sont prolongés; la dernière étape au sud du bourg reste d’ailleurs à réaliser. Et même si le chantier s’est déplacé, beaucoup d’automobilistes ont pris de nouvelles habitudes pour éviter la traversée du chef-lieu de district. Malgré un choix de produits spécifiques attirant une clientèle venue parfois de loin, l’épicier a fini par se retrouver dos au mur: sa banque lui a fixé un ultimatum au 28 février dernier. Mais c’est en annonçant l’inéluctable à ses clients que le double miracle s’est produit.

Casser le cercle vicieux des dettes

«L’un d’eux (ndlr: qui souhaite rester discret) m’a d’abord proposé un prêt sans conditions, ni intérêt, pour remettre tous les comptes à zéro et casser le cercle vicieux des dettes et des intérêts sur les dettes, raconte le patron encore remué par tant de générosité. Puis des clientes et des clients m’ont dit que cette épicerie ne devait pas fermer et qu’ils allaient créer une association de soutien.»

Une des réunions préparatoires s’est déroulée mardi soir à Echallens. «Même si je fais des achats dans les grands magasins, je trouve dans cette épicerie des produits qui n’existent pas ailleurs, explique Martine Loestcher. Préserver une diversité de produits et de choix est aussi un moyen de lutter contre la mondialisation galopante.» «Echallens doit rester un bourg vivant, renchérit Valérie Damone. Pour cela, il faut se battre contre les fermetures de commerces, car chacune nuit aux autres.»

L’assemblée constitutive de l’Association des amis de l’épicerie bio d’Echallens (AEBE) aura lieu mardi 19 avril prochain. Ses buts? Faire connaître l’épicerie et soutenir son fonctionnement par le bénévolat. (24 heures)

Créé: 29.03.2016, 10h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.