Passer au contenu principal

La collection de Jean Planque pourrait bien filer ailleurs

Au lendemain du vote sur le projet de musée, la Fondation Planque a reçu huit propositions d’institutions suisses et étrangères. Président de la Fondation, Jean-Jacques Cevey évoque l’offre du Musée lausannois de l’Hermitage. Il attend aussi un geste du gouvernement pour l’avenir. Publié le 06 janvier 2009

A la tête de la Fondation Planque depuis 1998, Jean-Jacques Cevey a reçu des offres d’hébergement de prestigieuses institutions à l’étranger. Il tient toutefois à respecter la volonté du donateur. Attaché comme lui au canton de Vaud, il souhaite que le trésor artistique confié reste en terre vaudoise.
A la tête de la Fondation Planque depuis 1998, Jean-Jacques Cevey a reçu des offres d’hébergement de prestigieuses institutions à l’étranger. Il tient toutefois à respecter la volonté du donateur. Attaché comme lui au canton de Vaud, il souhaite que le trésor artistique confié reste en terre vaudoise.
Vanessa Cardoso

La prestigieuse collection Planque à l’Hermitage, en attendant un hypothétique nouveau musée vaudois? Depuis longtemps, le Musée des hauts de Lausanne a fait des offres à la Fondation Planque. Il les a renouvelées voici quelques semaines. L’Hermitage figure parmi les huit propositions reçues. «Cela n’a pas traîné, raconte Jean-Jacques Cevey. Dès le lendemain du vote, Florian Rodari et moi-même avons reçu plusieurs téléphones d’institutions vaudoises, suisses et étrangères nous proposant d’accueillir la collection Planque.» Florian Rodari est conservateur de la prestigieuse collection Jean Planque – près de 300 toiles post-impressionnistes, dont plusieurs dizaines de Picasso. Quant à l’ancien syndic de Montreux et ex- conseiller national Jean-Jacques Cevey, il préside la Fondation Suzanne et Jean Planque.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.